vendredi, février 03, 2017

Tiger Woods se retire de la Classique de Dubaï

http://www.lapresse.ca/sports/golf/

Publié le 03 février 2017 à 09h50 | Mis à jour à 11h17

Associated Press
Dubaï, Émirats arabes unis
Peu de temps après que Tiger Woods se soit retiré de la Classique du désert de Dubaï en raison de spasmes au dos, le Club de golf des Émirats a été frappé par de forts vents - qui ont même déraciné quelques arbres -, forçant les organisateurs à suspendre la deuxième ronde, vendredi.













Martin Kaymer et Rafael Cabrera-Bello se trouvaient tous deux à -4 après avoir remis des cartes identiques de 69, trois coups sous la normale, à l'issue de la deuxième ronde. George Coetzee affichait toutefois un pointage cumulatif de -9 après avoir disputé huit trous.
Meneur à l'issue du premier parcours, Sergio Garcia se trouvait quant à lui à -8.
Kaymer a critiqué la décision des organisateurs sur Twitter, se demandant quelle était «la différence entre le temps de ce matin et maintenant». Il s'est dit très surpris de cette décision prise par le circuit européen.
Tiger Woods s'est retiré avant de prendre le départ... (Photo Kamran Jebreili, AP)
Tiger Woods s'est retiré avant de prendre le départ de la deuxième ronde en raison de spasmes au dos.
Coetzee a par contre applaudi la décision.
«Nous avons vu cet arbre être déraciné. On pouvait l'entendre craquer avant qu'il ne tombe, a souligné le Sud-Africain. Je marchais sous les arbres juste avant que ça se produise et je me suis dit que ça aurait pu me tomber dessus. C'est un peu dangeureux présentement. Souhaitons que (samedi), le temps sera plus clément.»
Woods, qui avait remis une carte de 77 la veille, s'est retiré avant de prendre le départ de la deuxième ronde.
Il a éprouvé des spasmes au bas du dos en soirée, jeudi, après le repas selon ce qu'a affirmé son gérant, Mark Steinberg. Il a subi des traitements pendant plus de trois heures, vendredi matin, mais le mal a persisté.
Steinberg a précisé que Woods était incapable d'effectuer une rotation complète dans son élan de golf.
Après avoir subi des chirurgies au dos qui l'ont tenu à l'écart du jeu pendant 16 mois, Woods a effectué un retour à la compétition la semaine dernière à l'Omnium Farmers Insurance, en Californie.
Jeudi à Dubaï, seuls sept golfeurs sur les 132 inscrits ont joué une moins bonne ronde que lui.

Mikaël Kingsbury, Philippe Marquis et Justine Dufour-Lapointe montent sur le podium à Deer Valley

http://www.rds.ca/ski/bosses-


Après leur exclusion du podium au premier arrêt américain de la Coupe du monde des bosses le mois dernier à Lake Placid, les skieurs acrobatiques québécois ont remis les pendules à l’heure, jeudi soir, à l’étape de Deer Valley (Utah). Mikaël Kingsbury a remporté l’or et Philippe Marquis le bronze. Chez les femmes, Justine Dufour-Lapointe est pour sa part montée sur la deuxième marche du podium.
Kingsbury (82,48 points), meneur au classement de la Coupe du monde, s’est aussi imposé en qualifications et en finale avant de signer sa troisième victoire de la saison. Quant à Philippe Marquis (79,76 points), il s’agit de son premier podium en 2016-2017. Le Français Benjamin Cavet (81,17 points) s’est faufilé entre les deux coéquipiers
La victoire de l’athlète de Deux-Montagnes le place à égalité avec le Français et champion olympique en 1992 Edgar Grospiron qui ont tous les deux 57 podiums en Coupe du monde à leur palmarès.
« Deer Valley, c’est comme le Super Bowl de notre sport et c’est ce qui se rapproche des Jeux olympiques, alors gagner ici, c’est toujours spécial! a déclaré Kingsbury. Même si mon score était plus bas en super finale, je juge que j’ai fait une meilleure descente. J’avais tout ce qu’il fallait pour gagner aujourd’hui et je n’ai pas laissé la chance aux juges de m’enlever beaucoup de points. »
« Je suis plus soulagé qu’autre chose », a pour sa part lancé Marquis en début d’entrevue.
« J’étais satisfait de ma saison jusqu’à maintenant, mais là, j’ai réussi à tout mettre ensemble jusqu’à la dernière descente. Ce n’est pas encore la plus haute marche, mais c’est un pas dans la bonne direction. Ma stratégie était bonne et j’étais plus en confiance qu’aux autres courses », a poursuivi le skieur de Québec, surtout fier d’avoir obtenu ce premier podium sur la redoutable piste Champion , celle qui avait accueilli les épreuves olympiques en 2002.
Simon Pouliot-Cavanagh a raté de peu sa place en super finale alors qu’il a fini septième. L’autre Québécois présent dans cette finale, Laurent Dumais, a quant à lui conclu au 11e échelon.
Mikaël Kingsbury
Mikaël Kingsbury (Source d'image:Getty)
Justine Dufour-Lapointe à fond de train
Qualifiée sixième et dernière en vue de la super finale, Justine Dufour-Lapointe a donné le ton en inscrivant 78,60 points à sa dernière descente. La Québécoise et gagnante de l’épreuve l’an dernier été provisoirement première jusqu’à ce que la dernière concurrente, l’Américaine Morgan Schild, la déloge avec un impressionnant pointage de 81,27. Le podium a été complété par l’Australienne et détentrice du dossard jaune de meneuse, Britteny Cox.
Elle s’est dite satisfaite de sa descente en finale, sauf que les juges voulaient visiblement en avoir plus. « J’étais surprise de finir sixième. Mon entraîneur m’a dit que je devais tout donner (en super finale) pour être rapide et faire de gros sauts. »
La championne olympique en titre a joué son va-tout en dernière descente et a presque perdu le contrôle à la mi-parcours.
« Je suis arrivée en bas en 28 secondes et je pense que c’était le temps le plus rapide de la journée. C’était un gros pari, mais cela en a valu la peine. Je suis donc extrêmement heureuse! Il faut savoir s’adapter et le ski de bosses, c’est juste ça. »
Septième de la finale, Chloé Dufour-Lapointe a été la première exclue de la super finale. Maxime Dufour-Lapointe, Alex-Anne Gagnon et Audrey Robichaud ont respectivement fini 10e, 13e et 16e.
Vendredi soir, ce sera au tour des sauteurs d’être en action, tandis que les bosseurs reviendront en piste samedi dans le cadre des épreuves en parallèle.
Autres résultats québécois :
18- Marc-Antoine Gagnon
25- Gabriel Dufresne
Abandon : Simon Lemieux

GYM gagne l'appel d'offres pour organiser le combat éliminatoire entre Beterbiev et Barrera

http://www.rds.ca/combat/boxe/boxe


Le Groupe Yvon Michel (GYM) a gagné l'appel d'offres pour le combat éliminatoire IBF qui opposera Artur Beterbiev à Sullivan Barrera.
D'ici 15 jours, GYM confirmera la date et l'endroit du combat. Il y a toutefois fort à parier que ce duel aura lieu le 4 mars, à Brooklyn, en demi-finale du choc des mi-moyens entre Danny Garcia et Keith Thurman, qui se disputeront alors les ceintures du WBC et de la World Boxing Association (WBA). Ce gala est présenté dans le cadre de la série Premier Boxing Champions, de Al Haymon, gérant de Beterbiev.

GYM a misé 251 000 $ US, tandis que Main Events, de la promotrice Kathy Duva, était prêt à allonger 181 000 $. Le montant exact de la mise de GYM était de 251 009 $. Comme la bourse sera divisée 75/25 entre les deux boxeurs, le promoteur montréalais doit 62 750 $ à Main Events, qui défraiera la bourse de son protégé selon l'entente contractuelle qui les lie.
Yvon Michel et Artur Beterbiev
Yvon Michel et Artur Beterbiev. (Source d'image:Vincent Éthier)
Le gagnant de ce duel deviendra l'aspirant obligatoire à la ceinture IBF des mi-lourds détenue par Andre Ward. Ce dernier aura neuf mois pour accorder un combat à son aspirant obligatoire.
Beterbiev, aspirant no 2 au titre de l'IBF, est invaincu en 11 combats chez les professionnels. Il les a tous remportés avant la limite. À sa dernière sortie, il a vaincu Isidro Ranoni Prieto par K.-O. technique dès le premier round.
Le Cubain Barrera, classé no 7 à la IBF, a un dossier de 18-1-0 (13 K.-O.).
Le 24 février, à Québec, deux autres mi-lourds de GYM en viendront aux coups pour le poste d'aspirant obligatoire, cette fois à la ceinture du WBC détenue par le Montréalais Adonis Stevenson, soit Lucian Bute (32-3-1, 25 K.-O.) et Eleider Alvarez (21-0, 10 K.-O.). Stevenson devrait effectuer une défense obligatoire dans les prochains mois.

Mladenovic surclasse Venus Williams et file en quarts

http://www.rds.ca/tennis/wta


Venus Williams, finaliste à l'Open d'Australie face à sa soeur cadette Serena, n'a pas encore totalement récupéré de la fatigue et du décalage horaire en s'inclinant en 8e de finale du tournoi WTA de Saint-Pétersbourg devant la Française Kristina Mladenovic.
« Je n'étais pas dans ma meilleure forme aujourd'hui (jeudi) », a reconnu Venus Williams après s'être inclinée 6-3, 6-1 en 55 minutes face à la 51e joueuse mondiale.

« J'ai ressenti une douleur dans les jambes. J'ai manqué aussi d'énergie. Ce n'était définitivement pas le meilleur match de ma vie », a lâché l'Américaine âgée de 36 ans et déjà victorieuse de dix titres du Grand Chelem.
Venus Williams
Venus Williams (Source d'image:PC)
La différence s'est faite rapidement dans la mesure où la Française de 23 ans a produit un "tennis consistent et agressif".
« Ce n'était pas aussi facile que le score l'indique, a pourtant tempéré Mladenovic. J'ai essayé de jouer un tennis consistent et agressif dès le début, en ne lui laissant pas le temps de s'ajuster aux nouvelles conditions », a poursuivi la Française, opposée au prochain tour à l'Italienne Roberta Vinci, la tenante du titre.
La 21e joueuse mondiale a battu sans frémir l'Allemande Andrea Petkovic (no 52) 6-4, 6-4 pour continuer à rêver d'un doublé. La gagnante du match Vinci-Mladenovic jouera en demi-finales celle de la rencontre opposant la Roumaine Simona Halep (no 4) à la jeune Russe Natalia Vikhlyantseva (no 19).
Dans l'autre partie du tableau, la Slovaque Dominika Cibulkova, 5e mondiale, poursuit son chemin en battant la modeste Croate Donna Vekic (no 88), 6-2, 6-2. Elle disputera une place pour le tour suivant à la Russe Elena Vesnina (no 16), tombeuse de la Française Alizé Cornet (no 44) 2-6, 6-3, 6-3 en plus de deux heures.

Eugenie Bouchard s'incline à Miami

http://www.lapresse.ca/sports/tennis/ Publié le 22 mars 2017 à 19h28   |  Mis à jour à 19h28 Eugenie Bouchard et Ashleigh Barty se ser...