jeudi, septembre 15, 2016

Eugenie Bouchard: «Une vraie bataille»

http://www.lapresse.ca/sports/tennis/

Publié le 14 septembre 2016 à 21h05 | Mis à jour le 15 septembre 2016 à 08h58
Eugenie Bouchard a remporté son premier match à la Coupe... (Photo Pascal Ratthé, Le Soleil)
Eugenie Bouchard a remporté son premier match à la Coupe Banque Nationale
 devant des gradins bondés, mercredi soir, à Québec.
PHOTO PASCAL RATTHÉ, LE SOLEIL
MICHEL MAROIS
La Presse
(Québec) Quoi qu'on dise, Eugenie Bouchard demeure très populaire auprès des amateurs de tennis, et sa présence a permis mercredi aux organisateurs de la Coupe Banque Nationale d'enregistrer la première séance «à guichets fermés» depuis que le tournoi est disputé au PEPS de l'Université Laval.
Et bonne nouvelle pour les 2864 spectateurs, Bouchard a aussi remporté son premier match, 6-3, 6-4, contre la Luxembourgeoise Mandy Minella (108e). La Canadienne, première favorite, a eu la tâche plus difficile que ne l'indique le pointage, et le match s'est étiré pendant plus près de 1 heure et 30 minutes.
«Ce n'est jamais facile contre des filles qui sont près du top 100, et ce match a été une vraie bataille, a-t-elle indiqué sur le court après sa victoire. Je n'ai probablement joué qu'à 50% de mon meilleur niveau, mais j'ai trouvé une façon de m'accrocher et d'aller chercher la victoire. C'est très rare qu'on joue à 100% de nos capacités, et il faut savoir s'adapter.»
Bouchard a reconnu que l'appui de la foule l'avait beaucoup aidée. «J'entendais très bien les cris des spectateurs qui m'encourageaient, croyez-moi. Il m'arrive parfois de me laisser abattre après avoir frappé quelques mauvais coups et c'est vraiment précieux, à ces moments-la, de sentir l'amour du public.»
Éliminée au premier tour aux Internationaux des États-Unis il y a deux semaines, Bouchard s'est entraînée quelques jours à Montréal sous la supervision de Sylvain Bruneau, capitaine de l'équipe canadienne de Fed Cup. C'est aussi lui qui l'accompagne à Québec, l'entraîneur de Bouchard, Nick Saviano, étant rentré en Floride où il dirige une importante académie de tennis.
«Ce n'était pas mon plan d'arrêter pendant deux semaines, a-t-elle expliqué. J'espérais jouer plus longtemps à New York, mais cela fait parfois du bien de se reposer un peu et de prendre le temps pour travailler sur certains points de son jeu.»
Faire mieux au deuxième tour
C'est la quatrième participation de Bouchard à ce tournoi de troisième catégorie sur le circuit de la WTA. En 2013, lors de sa dernière visite, elle avait atteint les demi-finales, s'inclinant devant la future championne, la Tchèque Lucie Safarova.
La Canadienne affrontera jeudi soir au deuxième tour la Russe Alla Kudryavtseva (162e). La joueuse de 28 ans s'était approchée du top 50 il y a quelques années, mais elle a été gênée par plusieurs blessures récemment. Bouchard a remporté leur seul duel en carrière, 6-2, 6-0, à Charleston en 2014.
«Je m'attends à ce qu'elle joue plus vite que ma rivale de ce soir [mercredi], a estimé la Canadienne. Les balles vont venir plus rapidement et je vais devoir m'ajuster. C'est aussi de cette façon que j'aime jouer et cela devrait être un bon match. Je devrai toutefois jouer mieux que ce soir [mercredi]. Je suis la seule favorite encore dans le tournoi et cela montre que tout peut arriver.»

Minella a aimé la foule, en général...

Malgré la défaite, même Mandy Minella a apprécié l'ambiance. Avec toutefois un petit bémol... «Ce n'est pas très sportif d'applaudir les doubles fautes d'une joueuse quand cela avantage votre favorite, a souligné la Luxembourgeoise. Cela m'a un peu frustré en fin de première manche, mais cela n'a pas influencé le résultat. Je n'ai tout simplement pas été assez bonne, particulièrement au service, pour inquiéter une joueuse du calibre d'Eugenie. Et c'était quand même super de joueur devant des gradins qui débordaient de spectateurs. C'est pour ça qu'on joue au tennis, pour sentir l'énergie de la foule, et j'ai déjà hâte au tournoi qui sera organisé chez nous pour la première fois en octobre. Peut-être vont-ils applaudir les doubles fautes de mes adversaires», a raconté la seule joueuse du Luxembourg classée parmi les 1000 meilleures du monde.