mardi, mars 22, 2016

Le baseball cubain profitera-t-il de la détente?

http://ici.radio-canada.ca/sports/PlusSports/

PUBLIÉ LE LUNDI 21 MARS 2016 À 21 H 42
Le baseball cubain espère profiter d'une réconciliation avec les Étas-Unis
Le baseball cubain espère profiter d'une réconciliation avec les Étas-Unis 
 
PHOTO : YAMIL LAGE

Tandis que le président des États-Unis Barack Obama assistera au match des Rays de Tampa Bay contre l'équipe nationale cubaine mardi, la ligue de baseball dirigée par l'État traverse l'une de ses pires crises en 50 ans d'histoire.
L'exil massif des joueurs étoiles cubains vers les États-Unis a décimé les équipes de cette île des Caraïbes. Les stades et les terrains sont en décrépitude, tout comme la qualité du jeu selon les experts et les amateurs. L'équipe nationale n'a pas gagné de tournoi majeur en près d'une décennie.
« Nous traversons une période sombre », a confié Ismael Sene, un historien du baseball cubain.
Les autorités envisagent maintenant des réformes jadis inimaginables -- qui ont été facilitées par la détente des relations cubano-américaines -- afin de préserver le sport national du pays socialiste.
Les ligues majeures de baseball sont en pourparlers avec les gouvernements des deux pays afin d'en arriver à une entente qui faciliterait le transfert des joueurs cubains aux États-Unis sans devoir filer à l'anglaise pendant des tournois internationaux ou traverser l'océan sur des radeaux de fortune.
La semaine dernière, l'administration Obama a adopté une loi afin de permettre aux Cubains d'être salariés aux États-Unis tant et aussi longtemps qu'ils ne paient pas de taxes spéciales dans leur pays d'origine. Ces nouvelles règles mentionnent explicitement les athlètes professionnels, les artistes ainsi que les interprètes.
Victor Mesa, une légende du baseball cubain qui dirigera l'équipe qui affrontera les Rays, a déclaré qu'il rêvait du jour où les joueurs cubains pourront affronter les États-Unis sans devoir abandonner leur terre natale.
Ceux qui sont familiarisés avec le baseball cubain estiment que les joueurs sont vraiment déchirés entre leur loyauté au système cubain, qui leur a permis de développer leur talent, et le rêve d'affronter les meilleurs au monde aux États-Unis.
Les salaires dans les ligues majeures sont également très persuasifs. Ces dernières années, plusieurs Cubains tels que Rusney Castillo (Red Sox de Boston, 72,5 millions) et Jose Abreu (White Sox de Chicago, 68 millions) ont signé des ententes faramineuses.
« Chaque joueur de baseball voudrait se mesurer aux meilleurs dans cette ligue, a confié Livan Moinelo, un lanceur gaucher qui évolue pour Pinar del Rio. Des opportunités très intéressantes sont sur le point de se présenter aux joueurs cubains dans les ligues majeures, et nous espérons que tout ira pour le mieux. »
La dernière fois que l'équipe nationale cubaine a remporté un tournoi international, c'était lors des Jeux panaméricains de 2007. Pinar del Rio a également remporté la Série des Caraïbes, une compétition interclubs, en 2015.
Cuba a envoyé une formation très prometteuse lors de la Classique mondiale de baseball en 2013, mais elle s'est effondrée avant d'atteindre les demi-finales. Depuis ce temps, au moins sept joueurs clés de cette équipe ont fait défection.

Lemieux-Tapia sera la demi-finale du gala Alvarez-Khan à Las Vegas

http://www.985sports.ca/combats/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le lundi 21 mars 2016 à 13h29. Modifié par Jacques Thériault à 23h39.
Lemieux-Tapia sera la demi-finale du gala Alvarez-Khan à Las Vegas
Photo: Tom Hogan/Hoganphotos-Golden Boy
MONTRÉAL - David Lemieux a la ferme intention de se servir de son prochain combat contre Glen Tapia, le 7 mai prochain, à Las Vegas, comme d'un tremplin pour revenir à l'avant-scène.

Le combat de Lemieux (34-3, 31 K.-O.) contre Tapia (23-2, 15 K.-O.) sera la demi- finale avant le choc pour le titre des poids moyens du World Boxing Council (WBC) entre le champion Saul «Canelo» Alvarez (46-1-1, 32 K.-O.) et Amir Khan (31-3, 19 K.-O).
Les combats qui seront présentés sur le PPV ont été confirmés, lundi par le réseau HBO.
Le Montréalais de 27 ans ne s'est pas battu depuis son revers par K.-O. technique au huitième round de son affrontement face à Gennady Golovkin, en octobre dernier. Lemieux y avait laissé son titre de l'International Boxing Federation (IBF) au passage.
Il devait affronter James De La Rosa dans un duel fixé à 163 livres, le 12 mars, mais Lemieux a raté le poids par plus de deux livres et le clan De La Rosa a refusé de disputer le combat.

« Je suis de retour et plus fort que jamais. Je reviens prendre ma place parmi l'élite », a déclaré Lemieux dans le communiqué émis par Eye of the tiger management (EOTTM).

À son dernier combat, en mai dernier, Tapia a pour sa part subi un revers surprise par K.-O. au quatrième round face au Français Michel Soro chez les super mi-moyens (154 livres). Une victoire lui aurait permis d'aspirer à un combat de championnat dans cette division plus tard en 2015. La défaite lui aura plutôt fait faire un pas de recul.

Largué par Top Rank Boxing la semaine dernière, Tapia a signé une entente de promotion avec Golden Boy, qui gère également la carrière de Lemieux en compagnie d'EOTTM, lui permettant de pouvoir être ajouté à cette carte. Tapia fera le saut chez les moyens (160 livres) afin d'affronter Lemieux.

« Ça passe ou ça casse, a-t-il déclaré. J'ai hâte de montrer de quoi je suis capable. Les gens vont voir un nouveau et amélioré Glen Tapia.