vendredi, janvier 08, 2016

Finale entre Alison Riske et Agnieszka Radwanska à Shenzhen

http://www.rds.ca/tennis/

Agnieszka Radwanska
Agnieszka Radwanska (Source d'image:Getty)

L'Américaine Alison Riske, 97e joueuse mondiale, qui s'est qualifiée vendredi pour la seconde finale de sa carrière, s'attaquera samedi à une montagne, la Polonaise Agnieszka Radwanska, tête de série no 1 et 5e mondiale.
Alison Riske s'est défait en demi-finales de la Hongroise Timea Babos, 70e mondiale, 6-2, 6-4, en 1 h 18 min de jeu, à l'issue d'une partie décousue où les deux joueuses ont perdu plusieurs fois chacune leur service.
La Chine réussit bien à cette joueuse, deux fois demi-finaliste l'an passé : c'est là que l'Américaine avait atteint, en 2014 à Tianjin, sa première finale sur le circuit, qu'elle avait remportée aux dépens de la Suissesse Belinda Bencic, alors 35e mondiale.
Elle aura cette fois-ci une montagne à escalader : Radwanska. La Polonaise, finaliste à Wimbledon en 2012, qui a remporté le Masters féminin pour conclure en beauté son année 2015, a dominé sa compatriote Anna-Lena Friedsam 6-2, 6-4 pour se hisser pour la 25e fois de sa carrière en finale d'un tournoi WTA. Elle en a remporté 17.
Dans cette demi-finale remportée en 1 h 15 min, sa seule frayeur a été de sauver une balle de bris, et Radwanska attend toujours la joueuse qui lui prendra un set dans ce tournoi.

Julia Görges en finale à Auckland

http://www.rds.ca/tennis/

Julia Görges
Julia Görges (Source d'image:Getty)

L'Allemande Julia Görges, 50e mondiale qui s'est qualifiée pour la finale du tournoi WTA sur dur d'Auckland, ne connaîtra son adversaire que samedi, les organisateurs ayant reporté la seconde demi-finale interrompue par la pluie.
La demi-finale opposant Caroline Wozniacki, 17e mondiale, à l'Américaine Sloane Stephens, 30e mondiale, a été arrêtée alors que la Danoise menait 5 jeux à 2 et s'apprêtait à servir pour le gain de la première manche.
Cette demi-finale reprendra samedi matin, et la finale sera disputée le même jour quelques heures plus tard, ont précisé les organisateurs.
Auparavant, Görges (27 ans) avait eu le temps de se qualifier pour la sixième finale WTA de sa carrière, la première depuis trois ans, en dominant l'Autrichienne Tamira Paszek, 172e mondiale et sortie des qualifications, 6-4, 6-2.
« Je dois avouer que cela fait plaisir d'être à nouveau en finale après si longtemps », a déclaré Görges, dont le dernier titre remonte à 2011 à Stuttgart.
L'Allemande est à égalité dans ses confrontations directes avec l'une ou l'autre adversaire qui lui sera réservée en finale : 1-1 contre Stephens, 4-4 contre Wozniacki.

L'athlétisme pire que la FIFA selon Dick Pound

http://www.rds.ca/amateurs/

Dick Pound
Dick Pound (Source d'image:Getty)

L'ancien président de l'Agence mondiale antidopage (AMA) Dick Pound a estimé vendredi que le scandale qui touche l'athlétisme, sur fond de dopage et de corruption, est « pire » que celui de la FIFA, qualifiant au passage certains responsables d'« ordures ».
« À de très rares exceptions, je n'ai pas vu de présidents de fédération sportives internationales aussi impliqués dans la corruption que ceux que l'IAAF, qui ne se mêlent pas uniquement de mouvements financiers comme les gars de la FIFA », a déclaré le président de la commission d'enquête indépendante de l'AMA qui doit publier le 14 janvier la deuxième partie d'un rapport explosif, dans une entrevue au Times.
« Dans un sens, c'est pire dans ce cas. Il y a certes moins de zéros en jeu, mais cela affecte directement les résultats sportifs et c'est sérieux. C'est l'intégrité de la compétition qui est en jeu. Il faut voir comment certaines de ces ordures ont agi », a ajouté le Canadien.
La première partie du rapport a été rendue publique le 9 novembre et mettait en lumière un dopage organisé en Russie et des faits de corruption remontant aux plus hautes sphères de l'IAAF.
Quatre jours plus tard, le 13 novembre, le Conseil de l'IAAF, le gouvernement de l'instance, a annoncé la suspension provisoire de la Russie de toute compétition, ouvrant la voie à une possible absence des athlètes russes aux prochains JO de Rio.
Depuis fin mai, la FIFA est également au coeur d'un vaste scandale de corruption avant les élections présidentielles qui doivent avoir lieu le 26 février pour trouver un remplaçant au Suisse Sepp Blatter, suspendu huit ans avant Noël.
Remonté, Dick Pound fait également des reproches à l'actuel président britannique de l'IAAF Sebastian Coe, ainsi qu'au malheureux candidat ukrainien Serguei Bubka, tous deux vice-présidents de l'instance du temps du Sénégalais Lamine Diack, dont l'un des fils a été suspendu à vie jeudi dans le cadre de ce scandale.
« Coe et Bubka étaient là », poursuit Pound. « C'est une organisation du 21e siècle qui est gouverné comme au 19e. Ils ont eu l'occasion il y a bien longtemps de s'emparer des problèmes liés à la gouvernance et le CIO a montré ce qui se passe quand vous ne le faites pas. C'est un engrenage. »
Le 7 janvier, trois anciens hauts-dirigeants de l'IAAF ont été suspendus à vie par la commission d'éthique de l'instance. Outre Papa Massata Diack, étaient également visés les Russes Valentin Balakhnichev, trésorier de l'IAAF jusqu'en décembre 2014 et ancien président de la Fédération russe, et Alexei Melnikov, ancien entraîneur national de l'équipe de marche.