lundi, novembre 02, 2015

« Personne ne veut donner un millimètre» - Bernier

http://www.985sports.ca/soccer/nouvelles

Publié par 98,5 Sports pour 98,5fm Sports le dimanche 01 novembre 2015 à 22h15. Modifié par Charles Payette le lundi 02 novembre 2015
« Personne ne veut donner un millimètre» - Bernier
Patrice Bernier célèbre après son but égalisateur/PC/Graham Hughes
(98,5 Sports) - Pour un deuxième match de suite en séries éliminatoires, Patrice Bernier a inscrit un but crucial pour l'Impact. Non, il n'avait jamais vécu ça auparavant...
Les commentaires de Patrice Bernier
00:00
00:00
« Je n’ai jamais marqué durant deux matchs d’affilée en carrière, a noté le capitaine de l'Impact. D’habitude, je ne suis jamais dans la surface de réparation. Là, deux matchs? C’est peut-être plus souvent que dans les trois ou quatre dernières années. »

Mais au-delà de la réussite personnelle, Bernier estimait que son but a permis de relancer les siens, quatre minutes après le but du Crew.

« C’est bien, mais l’important, c’était de remettre l’équipe en route. On a gagné le match et on part là-bas avec une victoire. C’est très important pour le moral. »

La deuxième demie a été particulièrement rude, ce qui ne surprend pas Bernier.

« Ce sont les séries. Personne ne veut donner un millimètre à personne. Les contacts sont plus fréquents. C’est comme ça. Et le match retour va être pareil. »

« Je pense que Patrice, il est en plein rythme, a noté l'entraîneur Mauro Biello. Ça fait un mois, il s'entraîne avec plein de confiance. Ça se voit dans son jeu. Il a cette joie de jouer. Un autre grand but ce soir pour aider l'équipe. »
Venegas s'illustre

Non seulement Biello a eu la main heureuse en titularisant Bernier deux matchs de suite, mais celui qui l’a remplacé dans la rencontre, Johan Venegas, a inscrit le but vainqueur quatre minutes après son entrée dans le match.

« Quand un joueur qui a eu des ennuis dernièrement, rentre et est capable de compter, ça va lui donner beaucoup de confiance, a noté Biello. Il a fait la différence. J’ai toujours dit : tout le monde est important. Et quand vous êtes appelés, il faut être prêt. »

L’Impact a vraiment réussi à faire tourner le vent face au Crew qui avait l’avantage bien avant d’inscrire son but.

« Quand tu es capable de casser le momentum de l’autre, ça en dit beaucoup sur une équipe. On a grandi dans le match. »

Biello était aussi particulièrement heureux de la tenue des siens au terme d’une séquence chargée.

« Après avoir joué trois matchs en une semaine, on a été capables de gagner le match. Eux, ils doivent nous battre, là-bas. On a l’avance. On va se préparer cette semaine pour être prêts à Columbus. »

La défense a aussi brillé, offrant très peu de chances face à Evan Bush. « Nous n'étions pas à notre meilleur mentalement et physiquement en début du match et nous avons pris un certain temps pour trouver notre rythme, suite à deux parties très émotives plus tôt cette semaine, a ajouté le gardien de l'Impact. Revenir de l'arrière et obtenir un résultat positif avant d'aller à Columbus, c'est excellent et nous en sommes fiers. »

« On a appliqué ce qu’on a fait durant deux jours, a noté le défenseur Ambroise Oyongo. Il fallait pouvoir enlever les ballons aux attaquants et on a empêché (Kei) Kamara de marquer.

« C’est quand même le deuxième meilleur buteur de la ligue. Il fallait trouver la formule magique pour le contrer. »

Pas de séries pour les Alouettes

http://www.985sports.ca/football/nouvelles/

Publié par Valérie Beaudoin pour 98,5fm Sports le dimanche 01 novembre 2015 à 14h52. Modifié par Charles Payette le lundi 02 novembre 2015
Pas de séries pour les Alouettes
Patrick Lamarche-Flash Qc
(98,5 Sports) - Les Alouettes devaient absolument gagner leur match contre les Eskimos d'Edmonton dimanche au stade du Commonwealth afin de pouvoir espérer faire les séries. Mais la meilleure équipe de la LCF l'a finalement emporté 40-22 pour mettre fin aux espoirs des Montréalais.
C'est maintenant officiel. Les Alouettes rateront les éliminatoires pour la première fois depuis le retour de l'équipe à Montréal en 1996.

La formation montréalaise, qui avait absolument besoin d'une victoire pour maintenir ses espoirs d'accéder aux éliminatoires, s'est inclinée 40-22 face aux Eskimos d'Edmonton, sacrés champions de la section Ouest de la LCF.

Les Eskimos (14-4) ont complété leur saison régulière en signant une huitième victoire d'affilée, une première pour eux en 33 ans. Disposant d'un congé la semaine prochaine, ils disputeront leur prochain match le 22 novembre.

Pour leur part, les Alouettes (6-11) ont vu leur séquence de 19 présences d'affilée en éliminatoires — la deuxième plus longue dans l'histoire de la LCF — prendre fin.

«C'est décevant, a avoué le receveur B.J. Cunningham, qui a capté deux passes de touché. Nous avions espoir de gagner ce match et que nous serions encore dans la course aux éliminatoires pour le prochain. C'est le temps de commencer à préparer l'année prochaine.»

Le quart-arrière Mike Reilly a complété trois passes de touché à Derel Walker, qui a franchi le cap des gains de 1000 verges au début du premier quart et établi un record pour le nombre de passes captées en une saison pour une recrue.

«C'est ma première saison de 1000 verges à vie dans le football, a précisé Walker. C'est tout une réalisation pour moi. J'en suis très fier. Et ce soir, je suis très fier de cette équipe. Ç'a été une année excitante pour cette organisation et je suis content d'en faire partie.»

Les Eskimos se sont rapidement emparés d'une avance de 10-0 en marquant à leurs deux premières possession de ballon. Sean Whyte a réussi un botté de précision de 32 verges et Reilly a rejoint Walker avec une passe de six verges dans la zone des buts.

Les Alouettes ont répliqué au début de deuxième quart pour réduire l'écart à 10-7 quand B.J. Cunningham a marqué le premier de ses deux touchés sur une passe de quatre verges de Kevin Glenn.

Avec quatre minutes à jouer à la première demie, Glenn y allé d'un long jeu de 37 verges à Fred Stamps.

Les locaux ont réduit l'écart à 14-13 avant de retraiter au vestiaire pour la demie à la suite d'une autre placement de Whyte.

Les Alouettes tiraient de l'arrière 26-22 à mi-chemin au quatrième quart quand ils se sont retrouvés à la porte des buts. Mais Tanner Marsh a échappé le ballon juste avant de franchir la ligne et Otha Foster a recouvré le ballon dans la zone des buts. Ce jeu a coupé les jambes de la formation montréalaise.

Le match a été interrompu au troisième quart lorsque le joueur de ligne défensive des Alouettes, Michael Klassen, a été victime d'une blessure au cou et il a quitté le terrain sur une civière et conduit à l'hôpital en ambulance.

On ignorait la gravité de la blessure après le match mais l'entraîneur-adjoint Noel Thorpe s'est montré optimiste.

«J'ai eu l'occasion de lui parler sur le terrain, a-t-il dit. Il semblait alerte. Je pense que les médecins ont fait la bonne chose en prenant toutes les précautions. Ils étaient préoccupés par un engourdissement à son bras gauche. Il bougeait ses bras, ce qui est un bon signe.»

Le directeur général et entraîneur-chef Jim Popp n'a pas accompagné l'équipe à Edmonton pour des raisons médicales (labyrinthite) et c'est le coordonnateur offensif Noel Thorpe qui a pris les commandes en son absence.

(Avec La Presse Canadienne)

Notes d'avant-match

Jim Popp n'est pas à Edmonton pour des raisons médicales. Noel Thorpe sera aux commandes pour le match d'aujourd'hui.

Il s’agira d’un second affrontement entre les deux clubs cette saison.

Grâce à leur deuxième plus importante production offensive de l’année, les Alouettes (6-10) ont signé une victoire convaincante de 34-2 aux dépens des Argonauts la semaine passée à Hamilton. Pour la première fois depuis son retour dans la LCF en 1996, Montréal, à l’aube des deux derniers matchs de sa saison, n’est toujours pas assuré d’une participation aux éliminatoires. Comme les Lions ont signé une victoire de 27-25, vendredi, les Alouettes devront remporter leur match de la semaine 19 pour maintenir leurs chances de participer aux séries éliminatoires.

Les Eskimos (13-4) ont effacé un déficit de 18 points afin de filer vers un gain de 35-24 sur les Roughriders en Saskatchewan la semaine dernière. Ayant remporté ses sept derniers matchs, Edmonton tentera de mériter huit triomphes de suite au cours d’une même saison pour la première fois de 1982, alors que le club avait gagné les huit derniers matchs de sa saison régulière. Avec une victoire, les Eskimos pourraient terminer au premier rang de l’Ouest pour la première fois depuis 2003, portant ainsi à 23 leur nombre de titres de division – un record de la LCF.

(Avec LCF.ca)

Les Royals enlèvent la Série mondiale

http://www.985sports.ca/baseball/nouvelles/

Publié par 98,5 Sports pour 98,5fm Sports le lundi 02 novembre 2015 à 00h36. Modifié par Charles Payette à 06h22.
Les Royals enlèvent la Série mondiale
AP
NEW YORK - Les Royals de Kansas City ont remporté leur premier titre de la Série mondiale depuis 1985. Ils ont inscrit cinq points en 12e manche pour l'emporter 7-2 face aux Mets de New York lors du cinquième match de la série.
Les champions étaient venus de l'arrière en neuvième manche lorsque Eric Hosmer a effectué un jeu audacieux pour marquer le point égalisateur.

Cette fois, ils mettent la touche finale

Les Royals ont couronné leurs séries remplies de remontées avec une victoire mémorable et se sont rachetés après s'être inclinés lors du match ultime de la Série mondiale face aux Giants de San Francisco, l'an dernier.

Les Royals sont devenus la première équipe depuis les Angels de Los Angeles de 2002 à venir de l'arrière lors de chacun de leurs quatre gains en Série mondiale, selon STATS.

Hosmer s'est aventuré au marbre sur un roulant à l'arrêt-court pour couronner une poussée de deux points en neuvième aux dépens de Matt Harvey et du spécialiste des fins de matchs, Jeurys Familia.

Ensuite en 12e, le frappeur suppléant Christian Colon a brisé l'égalité avec un simple à sa première apparition au bâton des éliminatoires. Lorenzo Cain a ajouté un double de trois points.

Le partant des Royals Edison Volquez a donné deux coups sûrs en six manches de travail. Il est monté sur le monticule une journée après être revenu des funérailles de son père en République dominicaine.

Le receveur Salvador Perez a mérité le titre de joueur par excellence. En plus de guider les lanceurs des Royals, il a maintenu une moyenne au bâton de ,364.

"Maintenant, je ne sens plus la douleur. Je ne ressens rien", a dit Perez.

Maintenant, ce groupe qui a revitalisé une concession qui avait perdu de son lustre peut prendre place dans l'histoire des Royals aux côtés de George Brett, Willie Wilson, Bret Saberhagen et tous ceux qui ont décroché le titre, il y a 30 ans.

Une 12e manche qui ne pardonne pas

Sans marge de manoeuvre, Harvey a mis les derniers espoirs des Mets entre ses mains et a tenu aussi longtemps qu'il a pu. Après huit manches sans donner de point, il a insisté pour lancer en neuvième et s'est finalement effondré en donnant deux points.

Le puissant cogneur des Mets, Yoenis Cespedes, a quitté le match en raison d'une blessure au genou, mais Curtis Granderson a claqué une longue balle - sa troisième de la Série mondiale - et les Mets ont pris une avance de 2-0 contre Volquez.

Mais pour ces Royals, aucun déficit n'est insurmontable et il n'est jamais trop tard.

Salvador Perez a frappé un simple en 12e manche aux dépens du lanceur perdant Addison Reed, et le coureur suppléant Jarrod Dyson a volé le deuxième coussin. Un retrait plus tard, Colon s'est amené au bâton pour la première fois depuis le 4 octobre.

Ne paraissant pas rouillé, il a envoyé l'offrande de Reed au champ gauche. Alcides Escobar a ajouté un double productif et le double de Cain avec les buts remplis contre Bartolo Colon a pratiquement scellé l'issue du match.

Wade Davis n'avait plus qu'à terminer le travail. Il a lancé une troisième prise sur décision à Wilmer Flores pour mettre fin au match et a lancé son gant dans les airs alors qu'il était rejoint par ses coéquipiers.