dimanche, juillet 26, 2015

Pour le maire Coderre, il ne fait plus doute: Montréal aura son club

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 26 juillet 2015 à 12h19. Modifié par 98,5 Sports à 13h00.
Pour le maire Coderre, il ne fait plus doute: Montréal aura son club
Julio Cortez / The Associated Press
COOPERSTOWN, N.Y. - Il ne fait plus de doute pour Denis Coderre: Montréal retrouvera le Baseball majeur.

«Dans ma tête, ce n'est pas un si, c'est un quand, les Expos de Montréal», a-t-il dit au cours d'un point de presse impromptu en compagnie des journalistes montréalais présents à Cooperstown pour la cérémonie d'intronisation de Pedro Martinez, Randy Johnson, Craig Biggio et John Smoltz au Temple de la renommée du baseball.
«Mais pourquoi je me mettrais de la pression pour rien? On avance, on n'a pas reculé. Regardez ce qu'on a fait depuis deux ans: des pas de géants.»

Le maire Coderre est à Cooperstown à titre d'invité spécial du Baseball majeur. Il a d'ailleurs assisté à la réception privée en compagnie des dirigeants du baseball et des membres du Temple de la renommée, samedi.

Il a promis que de belles choses s'en viennent pour 2016 — plusieurs rumeurs envoient les Red Sox à Montréal pour deux matchs préparatoires au début avril — et que d'autres annonces suivront. Mais selon lui, le projet n'a pas encore besoin que des gens d'affaires manifestent publiquement leur appui.

«Je ne mettrai pas de pression. Aujourd'hui, on fête Pedro, Randy et les autres. Mais c'est de démontrer à quel point Montréal est 'sur la mappe', à quel point les gens parlent de nous. Il y a un mouvement qui est en marche. En temps et lieu, des annonces seront faites.»

«(Samedi), t'as eu (Tony) Clark, de l'Association des joueurs, qui a parlé (de Montréal), t'as eu (Vladimir) Guerrero qui a parlé, Pedro Martinez: il n'y a pas seulement que Coderre et (Warren) Cromartie. L'important, c'est de démontrer notre sérieux. Mais on ne pousse pas sur une fleur pour la faire pousser plus vite. Il y a des étapes à suivre. Je ne veux pas faire les séries: je veux gagner la coupe. Il y a des gens du secteur privé qui travaillent leur dossier. Il y en a d'autres qui travaillent au niveau du Baseball majeur et d'autres pour les partisans... Tout le monde travaille ensemble. Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas qui travaille qu'il n'y a pas de travail qui se fait.»

Le maire Coderre n'a pas voulu se mouiller à savoir s'il était préférable qu'un club déménage à Montréal ou que la ville passe par un éventuel processus d'expansion.

«Les deux sont probables. Le but, ce n'est pas une équipe à tout prix.»

Il a notamment rencontré le commissaire Rob Manfred samedi, une première rencontre entre les deux hommes depuis celle du 28 mai à New York.

«Il y une belle évolution depuis; il voit qu'il y a du travail sérieux qui se fait. Ce n'est pas juste le maire: il y une équipe en place. étape par étape, notre stratégie fonctionne. Il fallait ramener le lien de confiance entre le Baseball majeur et nous. Là, quand ce lien est là, on est capable de discuter sérieusement et on le fait.»

À la lueur de ses propos, il faut donc conclure que Montréal a récupéré sa carte de membre de ce club très sélect qu'est le Baseball majeur.

FINA: Jennifer Abel et Pamela Ware se qualifient pour les Jeux de Rio

http://www.985sports.ca/divers/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 25 juillet 2015 à 11h49. Modifié par 98,5 Sports à 17h02.
FINA: Jennifer Abel et Pamela Ware se qualifient pour les Jeux de Rio
Pamela Ware et Jennifer Abel/Photo : AP Photo / Sergei Grits
KAZAN, Russie - Les plongeuses québécoises Jennifer Abel et Pamela Ware ont obtenu leur billet pour les Jeux olympiques de 2016, à Rio de Janeiro.
Abel et Ware ont obtenu ce privilège après avoir terminé au deuxième rang de la finale du trois mètres synchro, samedi, lors des Championnats du monde de la FINA, à Kazan, en Russie.

Abel, de Laval, et Ware, de Beloeil, ont complété la compétition avec un score de 319,47 points, comparativement à 351,30 pour les Chinoises Tingmao Shi et Minxia Wu. Ces dernières ont remporté un deuxième titre consécutif après leur triomphe en 2013.

Les deux Québécoises étaient deuxièmes à l'issue des préliminaires, à une dizaine de points des Chinoises.

«L'objectif ici était de monter sur le podium et d'obtenir notre qualification olympique pour le Canada. Nous avons réussi nos deux premiers plongeons obligatoires mieux que jamais, et cela a donné le ton pour le reste de la compétition. Il y a deux ans, nous en étions à notre première saison ensemble, et c'est merveilleux de voir à quel point nous nous sommes améliorées.»

Doubles médaillées aux Jeux panaméricains il y a deux semaines, Abel et Ware ont eu la chance de faire le plein d'énergie depuis.

«Nous avons eu un camp d'entraînement de quatre jours à Rome, de loin le meilleur que le Canada ait eu selon mon expérience. Ç'a porté fruit, et nous pouvons voir les résultats avec les deux médailles d'argent que le Canada a eues aujourd'hui (samedi)», a mentionné Abel.

Plus tôt samedi, Meaghan Benfeito et Vincent Riendeau avaient obtenu la médaille d'argent au 10 mètres synchro mixte. Benfeito, originaire de Montréal, et Riendeau, qui est natif de Pointe-Claire, avaient récolté un total de 309,66 points.

La médaille d'or est allée au duo chinois composé de Yajie Si et de Xiaohu Tai, qui ont inscrit un score final de 350,88 points. Les Australiens Domonic Bedggood et Melissa Wu ont terminé en troisième place, avec un score de 308,22.

Meaghan Benfeito et Vincent Riendeau Photo: AP Photo / Sergei Grits

C'était la première fois que cette épreuve était présentée dans le cadre des Championnats du monde de la FINA.

Vice-champions de la spécialité dans les Séries mondiales, les Montréalais étaient heureux d'obtenir cette première récompense aux Mondiaux.

«C'est quand même assez cool de savoir que nous sommes les premiers médaillés d'argent de l'histoire du synchro mixte, a souligné Benfeito.

«Nous sommes très contents, même si ce n'était pas notre meilleure performance, a ajouté Benfeito. Nous avons fait une grosse erreur à notre quatrième plongeon, mais de savoir que malgré une erreur comme ça, nous sommes capables d'être sur la deuxième marche du podium, c'est quand même incroyable! Nous sommes venus ici avec l'objectif de monter sur le podium. Ça commence très bien les Championnats du monde.»

En Russie, Benfeito plongera également en solo et en synchro en compagnie de Filion à la tour. Riendeau accomplira le même boulot, faisant la paire avec Philippe Gagné.

Simoneau 6e

En nage synchronisée, Jacqueline Simoneau, double médaillée d'or aux Jeux panaméricains, a entamé sa semaine aux Championnats du monde de la FINA en terminant sixième à l'épreuve technique en solo, samedi.

Les juges lui ont accordé la note de 89,0237 pour sa performance en finale. La nageuse de Saint-Laurent avait également terminé au sixième rang des préliminaires avec 88,0766 points.

La Russe Svetlana Romashina a remporté la médaille d'or avec 95,2680 points, devant l'Espagnol Ona Carbonell (93,1284) et la Chinoise Sun Wenyan (91,5479).

La jeune Québécoise participera à toutes les épreuves de nage synchronisée des Mondiaux, à l'exception de la compétition mixte en duo.

Par ailleurs, Jade Dusablon s'est classée au 22e rang de la course de 5 km en eau libre, disputée dans les eaux de la rivière Kazanka.

L'athlète de Québec a inscrit un chrono de 1h00:52,7 secondes, et elle a terminé à un peu plus de deux minutes de la gagnante, l'Américaine Haley Anderson. La Canadienne Samantha Harding a fini en 19e place en 1h00:50,3.

«Ce fut une course très agressive, a décrit Dusablon, qui a été victime d'une coupure sous l'oeil gauche à la suite d'un coup de pied alors qu'elle se trouvait dans le peloton.

«C'est une bonne expérience pour la course de 10 km, a ajouté Dusablon, qui souhaite terminer parmi les cinq premières lors de cette épreuve, qui sera présentée mardi prochain.

«J'espère rester dans le groupe de tête tout au long de la course.»

Caroline Veyre et Mandy Bujold en or

http://www.rds.ca/amateurs/

Caroline Veyre
Caroline Veyre (Source d'image: PC )

Les boxeuses québécoise Caroline Veyre et ontarienne Mandy Bujold sont montées sur la plus haute marche du podium dans les deux derniers combats de l’ultime soirée pugilistique des Jeux panaméricains samedi, au centre sportif d’Oshawa.
Dans la catégorie des moins de 60 kg, Veyre l’a emporté par décision partagée, 2-0 contre l’Argentine Dayana Sanchez, deux arbitres la jugeant gagnante par 40-36 alors qu’un autre ne faisant pas de maîtres à 38-38.
Dans le combat précédent, Bujold a également triomphé par décision partagée, 2-1 face à l’Américaine Marlen Esparza chez les moins de 51 kg. Les cartes des juges ont été de 39-37, 38-38 et 37-39.
Double championne nationale en titre et médaillée de bronze des Championnats panaméricains de 2014, Veyre a savouré son premier titre international samedi soir.
« C’est la première fois que je gagne un aussi gros tournoi. Ça va de mieux en mieux, ça ne fait pas si longtemps que je suis sur la scène internationale, a précisé la Montréalaise. Je suis vraiment contente que ça se passe comme ça, une année avant les Olympiques. C’est parfait, c’est une expérience superbe pour ce qui m’attend en 2016. »
« C’est tellement d’années de travail. Tout ce que j’ai consacré à la boxe, ça porte enfin fruit. Je suis tellement heureuse d’avoir gagné », a ajouté l’athlète de 26 ans, qui a commencé la pratique de son sport à l’âge de 18 ans.
Veyre connaissait par ailleurs bien sa rivale, l’ayant affrontée le mois dernier aux Qualifications pour les Jeux panaméricains au Mexique. Elle l’avait emporté 2-1 en demi-finale.
« Je peux vous dire qu’aujourd’hui (samedi), elle voulait toutefois vraiment plus que la dernière fois. Elle a vraiment bien boxé. Elle était intelligente, elle savait quoi faire pour gagner contre moi, mais je suis restée concentrée. »
« J’anticipais très bien. Je n’ai pas paniqué. Elle me faisait reculer dans les câbles. C’est comme ça qu’elle a pris l’avantage au départ, mais j’ai réussi à faire ce qu’il fallait pour gagner », a-t-elle poursuivi au sujet de son adversaire, qui avait remporté ses deux premiers duels par décision unanime à Toronto.
Le milieu de l’arène a été âprement disputé dès le départ. « Elle essayait beaucoup de prendre le centre du ring, mais de mon côté, j’essayais de la contre-attaquer. Quelques fois, j’ai réussi à avoir le centre, mais c’est elle qui avait le dessus par rapport à ça, alors j’ai essayé de gagner autrement et ç’a bien fonctionné. »
Tirant de l’arrière au quatrième round, Sanchez s’est ruée sur Veyre. « La foule m’a aidée à me pousser encore plus. C’était vraiment tout un combat, nous n’arrêtions pas de lancer des coups des deux côtés. Je suis revenue beaucoup plus avec des attaques, c’est ce qui a fait la différence. C’était vraiment plein d’action. »
La bachelière en traduction de l’Université de Montréal était par ailleurs en accord avec la décision finale des juges. « Elle a quand même réussi à placer des coups. C’était un combat serré, mais je sentais que j’avais donné plus. Je suis contente du résultat. »

Camélie Boisvenue, la recrue argentée

http://www.rds.ca/amateurs/

Camélie Boisvenue
Camélie Boisvenue (Source d'image: Geovanny Solis/tvgo.ca )

Elle n’a que 18 ans, mais elle a déjà démontré qu’elle savait rivaliser avec l’élite panaméricaine. Médaillée d’argent aux Championnats continentaux en mars dernier, la karatéka Camélie Boisvenue a répété l’exploit samedi soir, aux Jeux panaméricains de Toronto.
En action dans la catégorie des plus de 68 kg, la Gatinoise s’est avouée vaincue par l’Équatorienne Valeria Echever, qui l’a emporté 3-2. Boisvenue a marqué les deux premiers points du duel avant de voir son adversaire réussir une séquence qui lui a valu trois points en toute fin de combat.
« C’est ce coup de pied qui a tout changé. J’ai essayé de récupérer dans les secondes restantes. Je voulais tellement, j’ai tout donné », a mentionné Boisvenue.
« Je l’ai vraiment dominée. J’ai vraiment senti que ça passait proche », a ajouté celle qui avait des sentiments partagés après la finale.
« C’est décevant comme revirement de situation et sur le coup il y a un trop-plein d’émotions. Je suis quand même vraiment fière de ce que j’ai accompli ici. Une médaille aux Jeux panaméricains à ma première année chez les seniors, c’est la meilleure expérience que je pouvais avoir. »
Après avoir signé une fiche de deux victoires et un match nul en ronde préliminaire, Boisvenue s’était déjà assurée d’une médaille en accédant aux demi-finales. « Je suis super contente de mon évolution en préliminaires, ç’a super bien été. »
En demi-finale, elle l’a emporté face à la Vénézuélienne Yeisi Pina Ordaz. Si l’affrontement s’est terminé 1-1, c’est la Québécoise qui a obtenu la faveur de trois juges sur cinq pour avancer en finale. « J’ai mis de la pression tout le match alors je sentais que la décision allait être de mon côté. »
Si sa médaille d’argent des Championnats panaméricains était une surprise complète, Camélie Boisvenue avait davantage d’ambitions pour les Jeux panaméricains. « J’étais tellement bien préparée. Je savais que j’étais capable de monter sur le podium. »
Boisvenue quittera Toronto et se concentrera maintenant à sa préparation en vue des Championnats panaméricains juniors et des Mondiaux juniors.

Pascal l'emporte par décision unanime

Publié par 98,5 Sports pour 98,5fm Sports le samedi 25 juillet 2015 à 22h23. Modifié le dimanche 26 juillet 2015

Pascal l'emporte par décision unanime
Jean Pascal et Yunieski Gonzalez./AP
(98,5 Sports) - Le Québécois Jean Pascal l'a emporté par décision unanime face au Cubain Yunieski Gonzalez, samedi soir, à Las Vegas.

Pascal l'a emporté avec des cartes identiques de 96-94 de la part des trois juges. La décision rendue après 10 rounds - souvent très spectaculaires - a été huée par la foule massée à l'hôtel Mandalay Bay.
Gonzalez, évidemment déçu de la décision, a fondu en larmes.

Le Cubain avait pourtant semblé en faire assez pour obtenir la faveur des juges. Il a décoché 358 coups contre 220 pour Pascal et a atteint la cible à 105 occasions contre 103 pour Pascal.

L'enjeu de ce combat pour Jean Pascal est vraisemblablement un combat revanche contre le Russe Sergey Kovalev, qui est la tête d'affiche de cette carte de boxe présentée à Las Vegas.

Cette victoire, somme toute peu convaincante, ne va pas faciliter la tâche de mettre cette revanche sur pied.

Le combat semblait inégal en apparence: Pascal avait disputé plus de rounds en combat de championnat que Gonzalez en avait livré dans toute sa carrière. Le Cubain a cependant démontré qu'il n'était pas monté dans le ring pour jouer au faire-valoir.

Gonzalez (16-1, 12 K.-O.) a dominé les trois premiers engagements alors qu'il a réussi à atteindre la cible de manière puissante à plusieurs occasions. Pascal (30-3-1, 17 K.-O.) ne semblait pas en mesure de répliquer aux attaques de son adversaire, préférant plutôt accrocher et se pencher vers l'avant pour éviter les coups.

Au troisième round, celui que l'on surnomme le « Monstre » a solidement atteint Pascal avec une droite au-dessus de l'oeil, mais ce dernier n'a pas bronché.

Le rythme du Cubain a peu à peu ralenti lors des engagements suivants, ce qui a permis à Pascal de revenir dans le combat. Au sixième round, le Québécois a semblé ébranler son adversaire avec de puissants coups au corps et au visage, mais le Cubain est revenu à la charge en fin d'engagement.

Le « Monstre » a poursuivi le travail au cours des rounds suivants, et Pascal n'a jamais véritablement été en mesure de menacer Gonzalez. Les juges ont toutefois décidé que le Québécois méritait la victoire, ce qui pourrait signifier un combat revanche avec Kovalev.

Pascal s'était incliné par K.-O. au huitième rond face au Russe, le 14 mars dernier.

Kovalev, facilement

Kovalev (28-0-1, 25 K.-O.), justement, a facilement défendu son titre de champion unifié des poids mi-lourds face au Français Nadjib Mohammedi (37-4, 23 K.-O.) en l'emportant par K.-O. au troisième round.

Mohammedi, un aspirant méconnu, était largement négligé au point où il n'était pas possible de parier sur le combat.

Le Russe invaincu a envoyé Mohammedi au plancher au deuxième round avec une série de droites, et a terminé le travail au round suivant avec une bonne combinaison. Le Français est tombé sur ses genoux et se tenait le nez comme s'il était fracturé. L'arbitre Kenny Bayless a alors mis fin au combat à 2:38 du troisième acte.

Après le combat, Kovalev a déclaré qu'il était prêt pour un combat revanche face à Pascal si c'est ce que les amateurs désirent. Il a d'ailleurs dit que Gonzalez avait semblé meilleur que Pascal lors du combat précédent.

Le film du combat de Jean Pascal

Premier round

Les deux boxeurs se sont observés un moment durant le premier round où chaque boxeur a placé quelques bons coups, mais c’est nettement Gonzalez qui joue le rôle de l’agresseur. Ce dernier a logé des coups puissants durant cet assaut.

Deuxième round

Le deuxième round a été explosif au possible. Pascal a mieux calibré ses attaques et les deux boxeurs se sont échangés des coups comme si nous assistions à une bagarre de rue.

Troisième round

Le troisième assaut est nettement plus timoré après le feu d'artifice du précédent, mais pas nécessairement à l'avantage de Pascal. Gonzalez en fait juste assez pour demeurer au centre du ring et loger des coups payants.

Quatrième round

Même si nous ne sommes qu'au quatrième round, Pascal semble déjà fatigué. Gonzalez s'en rend compte et augmente le rythme. Un uppercut touche la cible. Après avoir glissé au tapis, le Cubain se relève et Pascal termine avec une volée de coups au corps.

Cinquième round

Le cinquième round est ponctué de solides échanges, sauf que Gonzalez décoche bien plus de coups que son adversaire. Pour chaque coup de Pascal qui fait mouche, le Cubain en réussit un plus grand nombre. Il est toutefois averti pour avoir frappé Pascal derrière la tête.

Sixième round

Pascal amorce le round avec force, mais il est visiblement sonné par la suite. Encore une fois, les deux pugilistes échangent coup pour coup... et ça fait mal. Pascal atteint solidement Gonzalez dans les dernières secondes. Il gagne nettement cet assaut.

Septième round

Encore une fois, Pascal commence tout en puissance et il ébranle Gonzalez avec deux puissants crochets du droit dès les premières secondes. Les élans sont partagés par la suite, notamment en raison du jab de Gonzalez, mais on Pascal semble avoir trouvé ses marques.

Hutiième round

Pascal n'a plus le choix. Il doit ouvrir la machine, mais Gonzalez tient la distance et donne peu d'occasions au Québécois de lui passer le K.-O.

Neuvième round

Gonzalez reste au centre du ring et Pascal attaque de toutes parts. Il touche souvent son adversaire sans arriver à l'ébranler.

Dixième round

Les deux hommes donnent tout ce qu'ils ont dans le réservoir pour un dernier assaut enlevant. Pascal atteint plus souvent son adversaire et il l'a atteint solidement. Encore une fois, ce round lui appartient. On va à la décision: unanime, en faveur de Pascal. La foule hue copieusement la décision.

(Avec La Presse canadienne)