mardi, avril 21, 2015

Serena aimerait voir la Fed Cup changer

http://www.ledevoir.com/sports/

21 avril 2015 |Andrew Dampf - Associated Press | Tennis
Serena Williams
Photo: Felice Calabro Associated Press
Serena Williams
Voir jouer Serena Williams trois fois en deux jours à la Fed Cup de tennis constitue un plaisir rarement offert. Après tout, la meilleure raquette féminine au monde limite habituellement ses présences aux compétitions par équipes qui lui permettent de se qualifier pour les Jeux olympiques. Mais si la Fed Cup abandonnait son format annuel, Williams pourrait y participer avec plus de régularité.
 
«Dans un monde idéal, ce serait super que ce soit aux deux ans. J’aimerais y participer tout le temps, mais je ne peux pas le faire aussi souvent que je le voudrais puisque je joue et m’entraîne 40 à 45 semaines par an», a expliqué Williams au cours du duel du week-end, perdu 3-2 par les Américaines face à l’Italie. «Il est difficile de continuer de cette façon, surtout si vous voulez représenter votre pays. Vous vous sentez mal quand vous ne pouvez pas le faire.»
 
Changer pour une compétition bisannuelle est une option qu’étudie actuellement la Fédération internationale de tennis pour la Fed Cup et la Coupe Davis, qui n’attire également que sporadiquement les meilleurs joueurs comme Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic.
 
Formule originale
 
Une autre avenue consisterait à revenir au format original de la compétition, soit jouer le tournoi sur une semaine dans un lieu différent à chaque fois avec les 16 équipes sur place, et peut-être même de jumeler la Fed Cup à la Coupe Davis au même endroit. Cette formule pourrait générer une ambiance semblable à celle qu’on voit à la Coupe Ryder de golf.
 
«Après un certain temps, il faut revoir les choses, a dit Williams. Je pense que la Fed Cup fait bien, la Coupe Davis fait très bien, mais c’est toujours amusant de tenter de repenser les choses et de les proposer à une foule qui serait peut-être différente.»
 
Le président de l’ITF, Francesco Ricci Bitti, a déjà indiqué que disputer la finale de la Coupe Davis dans un site neutre déterminé à l’avance était déjà considéré question de faciliter la planification. Mais des pays comme l’Italie, où les deux tournois sont très suivis, s’opposent à tout changement majeur.
 
«Un joueur ne peut établir les règles en fonction de ce qui lui sied le mieux», a noté Corrado Barazutti, capitaine de l’Italie en Fed Cup et en Coupe Davis.
 
Le président de la Fédération italienne, Angelo Binaghi, a ajouté que tenir des tournois de l’ITF de façon annuelle est nécessaire pour combattre le pouvoir de l’ATP et de la WTA.«C’est le seul sport au monde où les Associations des joueurs gouvernent, a-t-il souligné. Ce devrait être la Fédération internationale qui contrôle, comme dans tous les autres sports.»
 
Les Italiens et les Américains s’entendent toutefois sur un point: le Groupe mondial de la Fed Cup devrait être constitué de 16 nations, pas huit. «Il ne devrait pas y avoir de prolongation pour déterminer les pays relégués, a dit Binaghi. Sinon, le reste est parfait.»