samedi, mars 14, 2015

Sur des neiges: Dominique Maltais termine quatrième

http://www.lapresse.ca/sports/ski-et-surf/surf-des-neiges/

Publié le 14 mars 2015 à 13h27 | Mis à jour à 13h27
Après s'être classée neuvième des qualifications de vendredi,... (PHOTO ARCHIVES AFP)
la Canadienne Dominique MaltaisPHOTO ARCHIVES AFP
Après s'être classée neuvième des qualifications de vendredi, Maltais a terminé au premier rang de sa vague de quarts de finale, samedi, avant de prendre le troisième échelon de sa demi-finale. C'est ainsi qu'elle a assuré sa place en grande finale.
La Presse Canadienne
VEYZSONNAZ, Suisse
Alors que son compatriote Kevin Hill parvenait à mettre la main sur une médaille de bronze, la Canadienne Dominique Maltais a abouti au pied du podium, samedi, lors de l'épreuve de snowboard cross de Veysonnaz, en Suisse, comptant pour le classement de la Coupe du monde.
Après s'être classée neuvième des qualifications de vendredi, Maltais a terminé au premier rang de sa vague de quarts de finale, samedi, avant de prendre le troisième échelon de sa demi-finale. C'est ainsi qu'elle a assuré sa place en grande finale.
«Ça n'a pas bien commencé avec les qualifications hier, car j'ai eu des problèmes de fartage, a confié Maltais. Ç'a fait en sorte que j'avais le dernier choix de porte dans toutes les vagues aujourd'hui. J'ai gagné facilement la première ronde et ç'a fait une différence, mais il a fallu que je me batte en demi-finale et en finale pour aller chercher les autres filles.»
Lors de l'étape ultime, l'athlète de Petite-Rivière-Saint-François était en droit d'espérer gravir l'une des trois marches du podium, mais il semble qu'elle ait été déroutée par le tracé.
«Ce n'est pas un parcours facile. Il est très rapide avec gros sauts alors il y a eu beaucoup de contacts. Dans le dernier virage, j'arrivais avec beaucoup de vitesse, mais j'ai atterri un peu trop loin sur le plat et j'ai perdu mon élan, a-t-elle indiqué.
«Ça s'est quand même super bien passé en général, a-t-elle ajouté. Je suis contente de mon niveau d'intensité et de ma vivacité d'esprit dans mes courses.»
L'Italienne Michela Moioli a remporté la compétition devant deux Françaises, Nelly Moenne Loccoz et Chloé Trespeuch.
Chez les hommes, Hill, un athlète originaire de la Colombie-Britannique, n'a été devancé que par l'Espagnol Lucas Eguibar et par le Russe Nikolay Olyunin.
Baptiste Brochu, de Saguenay, a été éliminé en quarts de finale et il a terminé au 15e rang.
Maltais et le reste des athlètes canadiens seront de retour sur piste dimanche, pour ce qui sera la dernière épreuve du calendrier 2014-2015.

Plongeon: Pamela Ware obtient le bronze à Pékin

http://www.lapresse.ca/sports/autres-sports/sports-aquatiques/

Publié le 14 mars 2015 à 11h05 | Mis à jour à 12h45
Pamela Ware... (PHOTO JOSEP LAGO, ARCHIVES AFP)
Pamela Ware  PHOTO JOSEP LAGO, ARCHIVES AFP

La Presse Canadienne
PÉKIN, Chine
Grâce à un dernier plongeon réussi, la Québécoise Pamela Ware s'est hissée au troisième rang au tremplin de trois mètres lors de la première étape du circuit de la Série mondiale de plongeon de la FINA, samedi à Pékin.
L'athlète de Beloeil a obtenu des notes de 8,0 et de 8,5 lors de son dernier plongeon avec vrilles, et elle a mérité la médaille de bronze grâce à une note finale de 335,25.
«Ce dernier plongeon est dans ma liste depuis huit ans, a dit Ware, âgée de 22 ans. C'est mon meilleur et il a sauvé ma journée.»
Tingmao Shi a mené la Chine à un convaincant doublé, grâce à un score final de 389,60, devant He Zi, qui a terminé avec un score de 372,90.
Ware, qui a raté trois semaines d'entraînement plus tôt cette saison à cause d'une blessure à un ligament oblique, a exécuté deux plongeons ordinaires au début de la ronde finale pour demeurer derrière sa compatriote Jennifer Abel, de Laval, au Québec. Abel semblait se diriger vers la médaille de bronze, mais a raté son dernier plongeon pour terminer quatrième avec 331,30 points.
Pour la première fois dans la Série mondiale, une épreuve synchronisée mixte a eu lieu et le Canada a obtenu la médaille d'argent avec Abel et François Imbeau-Dulac, de St-Lazare, au Québec, qui ont terminé deuxièmes. Zi et Aisen Chen de Chine ont été les gagnants.
«Nous avons dépassé les attentes, a dit Imbeau-Dulac. Nous avons eu une bonne semaine d'entraînement et nous savions que nous pouvions bien faire ici. Notre synchronisme a été particulièrement solide.»
Philippe Gagné, de Montréal, a terminé huitième au tremplin masculin de trois mètres.
Le Canada a trois médailles jusqu'à maintenant dans la compétition. Vendredi, Meaghan Benfeito, de Montréal, et Roseline Filion, de Laval, ont gagné la médaille de bronze à la tour synchronisée féminine de 10 mètres.
La Série mondiale de la FINA, maintenant dans sa neuvième saison, est réservée aux huit meilleurs plongeurs au monde dans chaque épreuve.
La compétition se poursuivra jusqu'à dimanche.

SKI ACROBATIQUE — BOSSES Mikaël Kingsbury aux portes de l’histoire

http://www.ledevoir.com/sports/

13 mars 2015 23h55 |Frédéric Daigle - La Presse canadienne | Actualités sportives
Mikael Kingsbury
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne
Mikael Kingsbury
En remportant l’épreuve des bosses en parallèle de Tazawako fin février, Mikaël Kingsbury signait la 28e victoire de sa carrière, rejoignant du coup le Français Edgar Grospiron au 1er rang de l’histoire de la Coupe du monde de ski acrobatique.
 
Dimanche à Megève, en France, Kingsbury pourrait donc devenir, à 22 ans seulement, le plus grand bosseur de tous les temps en Coupe du monde, et le Québécois réalise de plus en plus l’ampleur de l’exploit qu’il pourrait accomplir. « C’est quelque chose d’assez gros. Juste[vendredi], j’ai vu Edgar Grospiron, j’ai pu lui parler un peu. C’est quelque chose d’extraordinaire, a-t-il déclaré en entrevue à La Presse canadienne. Je ne veux pas que me concentrer sur la victoire. Si je fais les choses que j’ai à faire, je sais que j’en suis capable. Ce ne sera pas facile : c’est une piste où plusieurs sont très rapides. »
 
« Je réalise que je peux le faire, mais je sais que d’ici la fin de ma carrière, ça va arriver. Je ne veux donc pas me mettre trop de pression. Je veux juste pouvoir avoir du plaisir et donner tout ce que j’ai. »
 
La marque de Grospiron tient depuis le 8 février 1995, soit plus de 20 ans. Il a eu besoin de 80 départs en Coupe du monde pour inscrire ses 28 victoires tandis que Kingsbury a atteint ce plateau en 60 courses.
 
L’hommage du champion au champion
 
Grospiron, champion des Jeux olympiques d’Albertville en 1992 et médaillé de bronze à Calgary (1988, alors que le ski acrobatique était un sport de démonstration) et Lillehammer (1994), a pris le temps de féliciter Kingsbury dans une vidéo très drôle mise en ligne plus tôt cette semaine.
 
« C’est un fort celui-là », lance d’entrée de jeu le Français qui aura 46 ans la semaine prochaine. « Quand on commence notre carrière et qu’on regarde la marque de victoires en Coupe du monde, on peut se dire que c’est impossible. Mais ce Kingsbury rend les choses impossibles possibles. Je lui dis bravo. Je suis impressionné. »
 
« Je me demande, est-ce que c’est le champion qui fait le record ou le record qui fait le champion ? Je pense que c’est le champion qui fait le record, ajoute Grospiron. Pour faire des records, tu dois être champion au départ. Pour les autres, ce sont les records qui font le champion, mais les autres ne savent pas ce que nous avons au fond de nous. »
 
« Que "Mik" soit capable d’égaler cette marque à un si jeune âge est incroyable parce qu’il est extrêmement difficile d’être constant dans notre sport », déclare pour sa part l’entraîneur de l’équipe canadienne de bosses, Rob Kober. « Il y a tant de variables qui entrent en jeu que la plupart des bosseurs, même les plus grands, ont du mal à lutter pour un podium sur toutes les pistes ou dans toutes les conditions. "Mik" a atteint ce niveau de constance que personne d’autre n’a été en mesure d’établir. »
 
« Le Wayne Gretzky des bosses »
 
Avant même de descendre la piste de Haute-Savoie, Kingsbury est déjà assuré d’un quatrième Globe de cristal consécutif tant au classement général du ski acrobatique que dans la spécialité des bosses. À cela, il faut ajouter ses deux titres mondiaux (bosses en 2013 et bosses en parallèle cette saison), ses trois 2es places aux Championnats du monde, ainsi que sa médaille d’argent des Jeux olympiques de Sotchi.
 
« J’ai déjà entendu que "Mik" est le Wayne Gretzky des bosses. C’est une comparaison juste,estime Kober. Il a amorcé sa carrière en Coupe du monde à un très jeune âge et il a immédiatement atteint des niveaux de performance et de constance que nous n’avions pas vus auparavant. »
 
Pour Kober, Kingsbury fait déjà partie des grands skieurs acrobatiques de l’histoire, même s’il n’a pas encore remporté de titre olympique. « Il fait déjà partie de la discussion, comme Edgar, Jean-Luc Brassard, [le Finlandais] Janne Lahtela ou Alexandre Bilodeau. Il serait décevant qu’il ne gagne pas un titre olympique au cours de sa carrière, mais s’il ne le fait pas, l’écarter de la conversation serait équivalent à dire que Ted Williams n’est pas le plus grand frappeur de l’histoire du baseball parce qu’il n’a pas mené les Red Sox de Boston à la conquête de la Série mondiale. »
 
« Quand « Mik » battra la marque de Grospiron, celui-ci ne disparaîtra pas de l’histoire pour autant. Il sera toujours un grand champion et sa légende ne s’en trouvera pas diminuée le moins du monde. »
 
Que son rendez-vous avec l’histoire se passe dans la cour arrière de Grospiron n’est pas sans attirer l’attention des médias français. Mais Kingsbury, avec son flegme habituel, ne compte pas se laisser déranger par tout cet engouement. « Je veux seulement m’amuser et profiter de cette dernière Coupe du monde, dit-il. C’est certain que lorsque je me retrouverai dans le portillon de départ, je vais vouloir tout gagner. Mais je vais quand même tenter de prendre plus de plaisir et de me mettre moins de pression. »
 
La finale de bosses en parallèle à Megève sera disputée à compter de 7 h, heure avancée de l’Est, dimanche.

La 2e marche du podium pour Amélie Kretz en Australie

http://www.rds.ca/amateurs/

Amélie Kretz
Amélie Kretz (Source d'image: Getty )
MONTRÉAL – Amélie Kretz n’est pas passée inaperçue à la première Coupe du monde de triathlon de la saison qui s’est déroulée dimanche, à Mooloolaba, Australie. La Blainvilloise a été la deuxième athlète à franchir la ligne d’arrivée après 750 mètres de natation, 20 kilomètres de vélo et 5 kilomètres de course à pied.

« La Coupe du monde à Mooloolaba est un classique sur le circuit et il y a toujours beaucoup d’athlètes inscrits. De remporter une médaille ici est un très bel honneur », a raconté la Québécoise, qui ne visait pas nécessairement un podium lorsqu’elle était sur la ligne de départ dimanche matin.

« C’est sûr qu’en dedans de moi, j'y pensais, mais le but était surtout d’exécuter une bonne course et de voir où je me situais », a ajouté celle qui avait raté quelques mois de compétitions la saison dernière afin de soigner des blessures aux pieds.

La victoire est allée à Tamara Gomez Garrido qui s’est imposée au sprint final grâce à un chrono de 1 h 1 min 41,8 s, devançant Krtez par 4,1 secondes. L’Australienne Ashleigh Gentle a fini troisième en 1 h 2 min 0,3 s.

En tête de l’épreuve pendant la majeure partie de la course à pied, Amélie Kretz n’a pu résister à la dernière attaque de l’Espagnole. « J’ai fait une petite erreur tactique qui m’a peut-être coûté la victoire. Nous avions un bon écart avec les autres et l’Espagnole s’est cachée du vent derrière moi. Elle m’a ensuite eue au sprint final. »

Néanmoins, Kretz ne regrette pas sa stratégie. « C’était un risque que je voulais prendre, car il y avait plusieurs bonnes coureuses en arrière et je savais que si je ralentissais, peut-être que nous allions nous faire rattraper », a-t-elle expliqué.

« J’ai pris le risque. J’ai peut-être payé pour, mais je suis contente du résultat. »

La Québécoise avait bien amorcé l’épreuve, malgré une mer agitée. « Je m’entraîne en Australie depuis le début du mois de janvier et nous nageons toutes les semaines dans les grosses vagues alors j’étais en terrain connu. Je n'ai pas eu un très bon départ, mais j’ai travaillé à retrouver la tête de la course et je suis sortie à l’avant du peloton », a-t-elle raconté.

« En vélo, l’objectif était de bien me positionner en pour les parties techniques. J’étais troisième au moment de commencer la course à pied et dès la zone de transition, j’ai donné un coup pour creuser un écart. »

Également en action, l’Albertaine Paula Findlay (1 h 2 min 41 s) a fini 11e. La résidente de Québec Sarah-Anne Brault (1 h 2 min 59,5 s) a quant à elle terminé 13e.

Chez les hommes, Alexis Lepage, de Québec, a pris le 45e rang en obtenant un temps de 57 min 11,1 s.

Le Français David Hauss s’est imposé en 55 min 21,8 s pour devancer l’Australien Jacob Birtwhistle (55 min 21,1 s) et l’Espagnol Vicente Hernandez (55 min 30,6 s).

Michael Lori a signé la meilleure performance canadienne en se classant 17e en 56 min 3,3 s.

Le Manitobain Tyler Mislawchuk (58 min 49,8 s) a quant à lui conclu au 56e échelon.

Le prochain rendez-vous des triathloniens aura lieu les 28 et 29 mars à Auckland, en Nouvelle-Zélande, à l’occasion de la première étape des Séries mondiales de la saison.

La médaille de bronze pour Charles Hamelin au 1 500 m

http://www.rds.ca/amateurs/

Charles Hamelin
Charles Hamelin (Source d'image: Getty )
MONTRÉAL – En montant sur la troisième marche du podium au 1500 m, Charles Hamelin a brisé la glace pour le Canada, samedi, premier jour de finales des Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste qui sont disputés à Moscou, en Russie.

Les derniers mètres de la finale ont particulièrement été mouvementés et c’est finalement le Russe Semen Elistratov qui s’est imposé devant le Néerlandais Sjinkie Knegt et Charles Hamelin, respectivement deuxième et troisième.

Samuel Girard a quant à lui été stoppé en demi-finale après avoir été pénalisé. Il s’est classé 18e.

Chez les femmes, Kim Boutin a fini septième d’une finale disputée entre huit patineuses. L’Italienne Arianna Fontana a été couronnée devant les Coréennes Suk Hee Shim et Minjeong Choi.

Marianne St-Gelais a remporté la finale B pour terminer neuvième. Cinquième de la course, Kasandra Bradette a conclu l’épreuve au 13e échelon.
Sur 500 m, Charles Hamelin, Marianne St-Gelais et Kasandra Bradette participeront aux finales B présentées plus tard aujourd’hui.

Plus de détails à venir

Abel et Imbeau-Dulac s'offrent l'argent en synchro mixte à Pékin

http://ici.radio-canada.ca/sports/PlusSports/

Mise à jour le samedi 14 mars 2015 à 9 h 04 HAE
Jennifer Abel et François Imbeau-Dulac sur le podium de Pékin
Jennifer Abel et François Imbeau-Dulac (à gauche) sur le podium de Pékin  Photo :  Plongeon Canada /Twitter
Jennifer Abel et François Imbeau-Dulac ont remporté, samedi, la médaille d'argent au plongeon synchronisé mixte du tremplin de 3 mètres à Pékin.
Ils ont obtenu une note de 319,71 points pour monter sur le podium de cette première étape des Séries mondiales.
En individuel, plus tôt samedi, Pamela Ware a reçu la médaille de bronze au tremplin de 3 mètres.
La plongeuse de Montréal a obtenu une note cumulative de 335,25 points pour terminer au troisième rang.
Sa compatriote Jennifer Abel a conclu l'épreuve du pied du podium, en quatrième place avec 331,30 points. La Chinoise Shi Tingmao (389,60 points) a remporté l'épreuve, tandis que sa compatriote He Zi (372,90 points) a terminé deuxième.
Chez les hommes, le plongeur de Montréal, Philippe Gagné, s'est classé quatrième dans sa demi-finale du 3 mètres, et n'a pas pu participer à la finale.

Pinturault surprend Hirscher, Cook et Read hors piste

http://ici.radio-canada.ca/sports/ski/

Alexis Pinturault
Alexis Pinturault  Photo :  AFP/FABRICE COFFRINI
Alexis Pinturault a surpris l'Autrichien Marcel Hirscher et a gagné le slalom géant de Coupe du monde de Kranjska Gora en Slovénie.
C'est la deuxième victoire en Coupe du monde du skieur français cette saison, après le super combiné de Kitzbühel en janvier, C'est aussi la neuvième victoire de sa carrière.
Pinturault, médaillé de bronze aux Championnats du monde de Beaver Creek aux États-Unis, a réussi un chrono cumulé de 2 minutes 19 secondes 78/100. Il a construit sa victoire en remportant de façon spectaculaire la première manche.
Il a réalisé le deuxième temps de la seconde manche pour finalement devancer Hirscher de 68 centièmes de seconde.
« La 2e manche était plus compliquée car le tracé avait beaucoup de rails, il fallait être plus doux sur les appuis, a expliqué Pinturault à la chaîne spécialisée Eurosport, mais j'ai réussi à créer de la vitesse aussi sur cette 2e manche. »
Le Français Thomas Fanara a terminé au troisième rang, à 93 centièmes de son compatriote.
La course s'est déroulée sous d'excellentes conditions, avec une neige jugée très rapide par les concurrents sur cette piste située aux confins de la Slovénie, de l'Autriche et de l'Italie.
Les Canadiens Dustin Cook et Erik Read n'ont pas terminé la première manche. 

L'UFC 185 avec en vedette Pettis (combats préliminaires à RDS2 dès 20 h)

http://www.rds.ca/combat/ufc/


À son retour dans l’octogone le 6 décembre dernier, Anthony Pettis a démontré qu’il était parmi les meilleurs combattants livre pour livre de l’UFC.
Samedi soir, lors de l’UFC 185, il défendra sa ceinture pour la deuxième fois alors qu’il affrontera le Brésilien Rafael dos Anjos, à Dallas au Texas. Les combats préliminaires de cet évènement vous seront présentés sur les ondes de RDS2 dès 20 h.
Pettis (18-2), qui veut maintenant s’élever au niveau des grands combattants de l’histoire du sport, devra se méfier de son adversaire qui a remporté deux de ses trois derniers combats par knock-out.
Dos Anjos (23-7) avait entre autres mis un terme à son affrontement face à l’ancien champion des légers, Benson Henderson, à l’aide des deux violents coups de genou suivis d’un crochet de la gauche. Le Brésilien avait ensuite défait Nate Diaz par décision unanime, le 13 décembre dernier, pour signer une troisième victoire de suite.
Pettis a plus d’un tour dans son sac pour faire face à l’aspirant no 1 à sa couronne. L’Américain a remporté ses cinq derniers combats, dont ses deux derniers par soumission. En août 2013, il avait dérobé la ceinture des légers à Henderson en réussissant une clé de bras dès le premier engagement.
Après une absence de plus d’un an, il a vaincu Gilbert Melendez en décembre dernier à l’aide de la prise de la guillotine au deuxième round.
Un combat de championnat dans la mire
Johny Hendricks (16-3) et Matt Brown (21-12) ont un point commun. À leur dernier combat, les deux hommes se sont inclinés face à Robbie Lawler, le nouveau monarque des mi-moyens.
Hendricks a détenu la ceinture des mi-moyens pendant près de neuf mois. Mais Lawler est venu lui soutirer en le défaisant par décision partagée.
Dana White semblait vouloir opposer les deux combattants pour une troisième fois, mais Lawler avait besoin de repos et ne pouvait combattre avant l’été.
Hendricks a donc accepté un combat face à Brown et il se battra devant les siens puisque l’ancien champion réside au Texas. Le gagnant de ce duel pourrait très bien obtenir un combat de championnat par la suite puisque Lawler défendra sa ceinture face à Rory MacDonald en juillet prochain.
Hendricks semblait en excellente forme physique lors de la pesée vendredi, mais il aura un imposant test puisque Matt Brown est un combattant coriace.
Brown, le cinquième aspirant des mi-moyens, s’est incliné par décision unanime face à Robbie Lawler au bout des cinq rounds.
En demi-finale de l’UFC 185, Carla Esparza (11-2) défendra son titre des poids pailles de la catégorie féminine pour la première fois. Elle sera opposée à l’aspirante no 1 de la division, la Polonaise Joanna Jedrzejczyk (8-0).
LA CARTE DE L'UFC 185*
Combats principaux :
Anthony Pettis (155) c. Rafael dos Anjos (155) – poids légers
Carla Esparza (115) c. Joanna Jedrzejczyk (115) – poids pailles (femmes)
Johny Hendricks (170) c. Matt Brown (171) – poids mi-moyens
Roy Nelson (254) c. Alistair Overeem (247) – poids lourds
Chris Cariaso (126) c. Henry Cejudo (125) – poids mouches

Combats préliminaires (à RDS2 dès 20 h) :
Ross Pearson (156) c. Sam Stout (156) – poids légers
Elias Theodorou (186) c. Roger Narvaez (186) – poids moyens
Daron Cruickshank (157) c. Beneil Dariush (156) – poids légers**
Jared Rosholt (245) c. Josh Copeland (264) – poids lourds
Combats pré-gala :
Sergio Pettis (126) c. Ryan Benoit (126) – poids mouches
Jake Lindsey (156) c. Joseph Duffy (156) – poids légers
Larissa Pacheco (136) c. Germaine de Randamie (136) – poids coqs (femmes)
*Le nombre entre parenthèses représente le poids des combattants à la pesée. Ces derniers ont le droit d’excéder la limite de poids d’une livre lorsqu’il ne s’agit pas d’un combat de championnat
** Daron Cruickshank n'a pas réussi à atteindre le poids limite après deux tentatives.

Qui repartira avec les ceintures?

http://www.rds.ca/combat/boxe/

Sergey Kovalev et Jean Pascal
Sergey Kovalev et Jean Pascal (Source d'image: RDS )

Francis Paquin
MONTRÉAL - Près de quatre ans après s’être incliné devant Bernard Hopkins, Jean Pascal aura la chance de redevenir champion du monde, alors qu’il affrontera le détenteur des titres WBA, IBF et WBO des poids mi-lourds Sergey Kovalev, ce soir au Centre Bell.
Fidèle à son habitude, le RDS.ca sera aux premières loges et vous offrira une description round par round du combat qui devrait commencer aux alentours de 23 h 30. Il sera le troisième de la portion télévisée par le réseau américain HBO à compter de 21 h 45.
Pascal (29-2-1, 17 K.-O.) a été champion du WBC de juin 2009 à mai 2011 et n’a disputé que quatre combats - contre Aleksy Kuziemsky, Georges Blades, Lucian Bute et Roberto Feliciano Bolonti - depuis qu’il a été détrôné. Le Québécois a été ennuyé par des blessures et a connu quelques différends avec son ancien promoteur Groupe Yvon Michel. Il écoulera le deuxième duel d’une entente de quatre signée avec InterBox.
Kovalev (26-0-1, 23 K.-O.) a quant à lui ajouté les ceintures de la WBA et de l’IBF à celle de la WBO en dominant tous les rounds de son affrontement face à Hopkins en novembre dernier. Le Russe est champion de la WBO depuis qu’il a pulvérisé Nathan Cleverly en août 2013. Il défendra ce titre pour la cinquième fois.
À noter que si Kovalev l’emporte, il deviendra aspirant obligatoire au champion du WBC Adonis Stevenson. Pascal a quant à lui renoncé à la possibilité de devenir aspirant obligatoire vendredi sans fournir d’explication.
Autres combats de la soirée :
Steve Cunningham (28-6, 13 K.-O.) c. Vyacheslav Glazkov (19-0-1, 12 K.-O.) - combat de championnat des lourds de l’USBA - 12 rounds
Vasily Lepikhin (17-0, 9 K.-O.) c. Isaac Chilemba (23-2-2, 10 K.-O.) - combat de championnat des mi-lourds de la NABF - 12 rounds
Dierry Jean (27-1, 19 K.-O.) c. Carlos Manuel Reyes (25-3-1, 17 K.-O.) - légers - 10 rounds
Nadjib Mohammedi (36-3, 22 K.-O.) c.  Lee Campbell (8-1, 4 K.-O.) - mi-lourds - 10 rounds
Dmitry Mikhaylenko (18-0, 7 K.-O.) c. Felipe De la Paz Teniente (15-3-2, 6 K.-O.) - mi-moyens - 10 rounds
Yves Ulysse fils (5-0, 3 K.-O.) c. Miguel Antoine (17-1-1, 9 K.-O.) - super-légers - 8 rounds
David Théroux (5-0, 3 K.-O.) c. Lukasz Janik (13-9-1, 7 K.-O.) - super-légers - 4 rounds

Fenninger gagne le slalom géant d'Are et se hisse en tête du classement général

http://www.rds.ca/ski/

Anna Fenninger
Anna Fenninger (Source d'image: PC )
ARE, Suède - Dans ce qui commence à ressembler à une répétition de la dernière saison, l'Autrichienne Anna Fenninger est de retour au sommet du classement général de la Coupe du monde après sa victoire lors du slalom géant d'Are, en Suède, vendredi.
Fenninger a complété la course avec 71 centièmes de seconde devant l'Italienne Nadia Fanchini et 1,07 devant sa coéquipière Eva-Maria Brem à l'issue de deux solides manches dans cette épreuve, avant-dernière étape de la Coupe du monde.
Ce résultat signifie que Fenninger déloge Tina Maze, qui a terminé 20e après une décevante seconde manche, du premier rang au classement.
Marie-Pier Préfontaine de Saint-Sauveur s'est révélé la meilleure Canadienne avec une 26e place.
Aucune des autres Canadiennes en lice n’a réussi à accéder à la deuxième manche. Marie-Michèle Gagnon, 31e, a raté sa place en manche finale de 20 centièmes de seconde, tandis que Candace Crawford a terminé 33e et Mikaela Tommy 36e.
« La première manche était correcte, pas super, et elle aurait pu être meilleure. En deuxième manche, c’était moins bon. Je pense que j’essayais trop fort. J’accrochais trop en fin de virage et je n’allais pas assez vite. Il faut un juste milieu et je n’ai pas suffisamment laissé aller mes skis », a reconnu Préfontaine en entrevue d’après course.
La skieuse de 26 ans a cru que certaines de ses coéquipières se seraient aussi qualifiées en deuxième manche.
« Je pense que Marie-Michèle a été un peu hésitante. Les autres qui sont plus jeunes ont de bons dossards, alors elles avaient un beau parcours. Elles sont passées près de se qualifier. »
Fenninger tirait de l'arrière derrière Maze par plus de 300 points quelques semaines avant les championnats du monde le mois dernier au Colorado mais elle a réduit l'écart course après course. L'année dernière, l'Autrichienne avait vécu une situation similaire, réduisant un important déficit derrière Maria Hoelf-Riesch avant de l'emporter par 191 points.
« C'est du déjà-vu, a mentionné Fenninger. La saison dernière quand j'ai quitté Are, j'étais au commande et il en va de même maintenant. »
Maze a toutefois la possibilité de reprendre la première position lors du slalom, samedi, puisque Fenninger ne sera pas au départ.
Fanchini a causé la surprise avec sa deuxième position, son premier podium depuis 2010 et son premier en carrière en slalom géant. Grâce à sa troisième place, Brem demeure au plus fort de la lutte avec Fenninger pour le globe de cristal du slalon géant, avec une course à disputer.
L'Américaine Mikaela Shiffrin a raté le podium par deux centièmes de seconde, terminant quatrième.
Pari remporté par Préfontaine
En début de saison, Marie-Pier Préfontaine avait dû débourser 30 000$ pour conserver son statut d’invitée au sein de l’équipe nationale. En décembre, la skieuse a atteint les objectifs qui avaient été fixés par Canada Alpin et elle a pu poursuivre en Coupe du monde en voyant ses frais de deuxième moitié de saison payés par la fédération. En cette fin de saison, la Québécoise est satisfaite d’avoir remporté son pari
« Je suis contente d’être restée une autre année, car il s’agit s’une de mes meilleures saisons. Maintenant que j’ai eu de bons résultats, je sais que je peux faire mieux et peut-être que c’est ce qui explique pourquoi j’essaie trop, un peu comme ce qui est arrivé en deuxième manche. »
La skieuse sera de retour en piste la fin de semaine prochaine au slalom géant de Méribel (France) dans le cadre des Finales de la Coupe du monde. Seules les 25 meilleures au classement mondial de la discipline seront présentes.
« Je vais essayer de me reprendre là. (Pour l’an prochain), c’est sûr que je veux continuer. J’aime tellement ça! Je me suis améliorée et je peux faire encore mieux. »

Serena Williams a réussi son retour à Indian Wells

http://www.rds.ca/tennis/

Serena Williams
Serena Williams (Source d'image: PC )
À son premier match en 14 ans à Indian Wells, Serena Williams a dû travailler plus fort qu'anticipé face à la Roumaine Monica Niculescu, mais elle a finalement gagné 7-5, 7-5, vendredi, et ainsi obtenu une place au troisième tour.
Williams, no 1 au monde et détentrice d'un bye au premier tour, a eu besoin d'un peu plus de trois heures pour achever la 68e raquette mondiale.
Williams avait levé le nez sur le tournoi d'Indian Wells depuis sa victoire en 2001 à l'âge de 19 ans, après avoir été huée par les amateurs pour l'incident qui s'était produit la veille de la finale. Elle devait affronter sa soeur aînée Venus en demi-finale, mais cette dernière s'était retirée du tournoi environ 20 minutes avant le duel tant attendu.
Visiblement rouillée après avoir disputé un seul match de Fed Cup depuis son triomphe aux Internationaux d'Australie en janvier, Williams a dû effacer un retard de 5-3 en première manche et elle a crié et sorti le poing après avoir fermé les livres sur le premier set grâce à un coup gagnant du revers à la volée.
Niculescu n'a pas baissé les bras en deuxième manche et a continué d'embêter la reine du tennis féminin. Williams a obtenu deux balles de match alors que Niculescu était au service à 4-5, mais la Roumaine a fermé la porte.
Williams a obtenu à nouveau deux balles de match deux jeux plus tard et cette fois, elle a été en mesure d'achever Niculescu avec un bris de service décisif.
Au troisième tour, Williams croisera le fer avec la Kazakh et 28e tête de série Zarina Diyas. Cette dernière a battu la Croate Donna Vekic 6-3, 6-3.
La Polonaise Agnieszka Radwanska, finaliste malheureuse de l'édition 2014, s'est facilement qualifiée pour le 3e tour du tournoi.
Radwanska a dominé l'Américaine Alison Riske 6-3, 6-1 et affrontera au tour suivant la Britannique Heather Watson qui a éliminé l'Italienne Camila Giorgi, 8e de finaliste du tournoi 2014.
« C'est toujours bien de revenir dans un tournoi où tu as de bons souvenirs. Bien sûr, ma défaite en finale a été difficile à digérer, mais c'est l'un des tournois les plus beaux de l'année, je suis toujours contente de venir ici », a souligné la Polonaise, 8e au classement WTA, battue l'an dernier 6-2, 6-1 en finale par l'Italienne Flavia Pennetta.
Depuis le début de la saison, Radwanska, 26 ans, travaille avec la légende Martina Navratilova qui lui apporte « sa grande expérience du circuit » : « On peut parler de tout, en particulier de son expérience en Grand Chelem, ce qui est mon principal objectif », a-t-elle expliqué.
Radwanska n'a pas vraiment brillé depuis le début de l'année 2015, avec pour meilleur résultat un quart de finale à Doha où elle s'est inclinée face à Venus Williams, qui l'avait déjà battue en 8e de finale de l'Open d'Australie.
« C'est encore le début de la saison, ce tournoi est un grand rendez-vous, on verra où je me trouve après ce tournoi et celui de Miami », a souligné l'ancienne no 2 mondiale.
« Mes attentes sont très élevées : quand je prends part à un tournoi, c'est pour aller le plus loin possible », a-t-elle conclu.
La troisième tête de série Simona Halep a défait la qualifiée Dana Gavrilova 2-6, 6-1, 6-2.
D'autre part, la Russe Ekaterina Makarova a facilement vaincu sa compatriote Elena Vesnina 6-4, 6-0.
Sloane Stephens a notamment surpris la 13e tête de série Angelique Kerber 7-6 (8), 6-2 au deuxième tour.