lundi, février 09, 2015

Dur apprentissage pour Abanda

http://www.journaldequebec.com/

Dur apprentissage pour Abanda
PHOTO PASCAL HUOT
Richard Boutin
Françoise Abanda a appris à la dure à ses débuts en Fed Cup.
Défaite en simple, samedi, la Montréalaise de 18 ans a plié l’échine, hier, en double. «Ce fut une bonne expérience et je suis contente d’avoir vécu l’ambiance d’une Fed Cup à domicile, a souligné Abanda. J’ai peu joué au cours des derniers mois et ce ne fut pas évident. Il s’agissait seulement de mon deuxième match en 2015.»
Louis Borfiga estime que la fin de semaine n’aura pas été vaine pour Abanda malgré les deux défaites.
«L’expérience de la Fed Cup va lui servir cette année et au cours de sa carrière, a affirmé le vice-président développement de l’élite chez Tennis Canada. Elle va savoir comment aborder sa prochaine Fed Cup. Elle va incontestablement grandir de l’expérience vécue en fin de semaine. Elle doit continuer à faire les bonnes choses. Elle doit maintenant participer à des Challenger et gagner des parties.»
Même si le Canada était éliminé, Sylvain Bruneau a préféré ne pas lancer dans la mêlée la jeune Charlotte Robillard-Millette pour lui permettre d’acquérir de l’expérience. «Ce fut une décision facile, a mentionné le capitaine de l’équipe canadienne. C’est bien qu’elle ait pu acquérir de l’expérience cette semaine, mais ç’aurait été trop rapide de la lancer dans la mêlée dès maintenant face à une fille (Hradecka) qui a gagné deux Grands Chelems. À 16 ans, Eugenie (Bouchard) et Aleksandra (Wozniak) n’ont pas joué en Fed Cup. Il y a une marche à franchir. Nous lui avons donné un coup de pouce en l’invitant à Québec.»
Trop risqué
Borfiga abondait dans le même sens. «On ne lui aurait pas rendu service en l’utilisant en double face à de gros adversaires, a-t-il assuré. Ça peut être un couteau à double tranchant. Si on tient compte que la saison ne fait que commencer, il lui reste pratiquement trois ans dans la catégorie junior.»

Les Tchèques haut la main

http://www.journaldequebec.com/

La victoire de Karolina Pliskova sur Gabriela Dabrowski concrétise la domination de la République tchèque sur le Canada

Les Tchèques haut la main
PHOTO LE JOURNAL DE QUÉBEC, PASCAL HUOT
Richard Boutin
La République tchèque n’a pas prolongé le plaisir en plantant le dernier clou dans le cercueil du Canada dès le premier simple de la deuxième journée de la Fed Cup, hier, au PEPS de l’Université Laval.
Après avoir perdu les deux premiers simples, samedi, le Canada devait remporter les trois rencontres pour se sauver avec la victoire. Gabriela Dabrowski a redonné espoir aux partisans canadiens en se forgeant une priorité de 4-1 dans le premier set, mais Karolina Pliskova a répliqué en gagnant les cinq jeux suivants pour enlever la manche.
Elle a scellé sa victoire en remportant le deuxième set au pointage de 6-2 pour confirmer le laissez-passer des Tchèques dans le carré d’as, où elles affronteront les Françaises.
Confiance tranquille
En l’absence de ses meilleures joueuses Eugenie Bouchard et Aleksandra Wozniak, le Canada aurait eu besoin d’un miracle pour vaincre les championnes en titre. «On savait que c’était David contre Goliath, a imagé le capitaine Sylvain Bruneau. En Fed Cup, tu dois y aller avec l’esprit que tout est possible sinon c’est moche.»
«On espérait remporter une partie serrée qui nous aurait donné de l’énergie et aurait mis de la pression sur nos adversaires, poursuit Bruneau. Je suis très déçu parce que je pensais vraiment qu’on pourrait les accrocher, mais les Tchèques ont gagné assez facilement toutes les parties.»
Déçu, Bruneau a salué les efforts de Françoise Abanda et de Dabrowski. «Je suis très fier de Françoise et Gabriela, a-t-il mentionné. Elles ont tout donné et tu ne peux pas demander mieux comme capitaine. Eugenie est la 7e meilleure joueuse au monde, Aleksandra joue très bien en Fed Cup et possède une confiance tranquille, alors que Sharon (Fichman) s’est bien débrouillée contre l’Ukraine. On était privé de trois éléments importants. Sharon n’était pas à 100% et il ne servait à rien de l’utiliser en double. Elle était vraiment diminuée et on pense qu’elle sera prête en avril.»
Gérer la pression
Petr Pala était ravi de la prestation de ses protégées. «Je suis plus qu’heureux, a indiqué le capitaine de la formation tchèque. Nous avons gagné nos quatre parties et n’avons concédé aucun set. Nos jeunes joueuses, qui effectuaient leurs débuts en Fed Cup, ont très bien géré la pression.»
Au 22e rang du classement de la WTA, Pliskova a remporté ses deux simples. «Ce ne fut pas parfait, mais je suis très heureuse d’avoir procuré deux points à mon équipe. Même en retard 4-1, je n’ai pas paniqué. J’accusais seulement un bris de retard et il fallait que je garde mon service. Mon synchronisme n’était pas là et j’ai commis plusieurs erreurs au premier set.»
La journée s’est conclue par un double sans signification. La paire composée de Lucie Hrade­cka et Denisa Allertova a eu le dessus sur le duo Abanda et Dabrowski en deux sets de 6-1 et 7-6 (7-2).