jeudi, janvier 22, 2015

Jonathan Crompton a hâte d'apprendre d'Anthony Calvillo

http://www.rds.ca/football/alouettes/

 Éric Leblanc Éric
Leblanc
Jonathan Crompton
Jonathan Crompton (Source d'image: PC )
JEUDI, 22 JANV. 2015. 08:30
MONTRÉAL - Éliminé, le 23 novembre dernier, avec ses coéquipiers des Alouettes de Montréal, Jonathan Crompton trouve la saison morte passablement longue et il trépigne d’impatience à l’idée de bombarder Anthony Calvillo de questions pour poursuivre sa progression.
Même si le rôle précis de Calvillo n’a pas encore été annoncé dans l’organigramme des entraîneurs, le quart-arrière des Alouettes est ravi de son embauche. En fait, il ne se gêne pas pour affirmer, en riant, qu’il finira peut-être par le trouver dérangeant.
« J’ai l’intention de m’abreuver de ses connaissances et de regarder une multitude de vidéos avec lui. Je lui ai dit qu’il allait se tanner de moi tellement que j’allais le questionner pour apprendre de sa part », a raconté Crompton de passage à RDS.Anthony Calvillo
Pour le moment, Crompton n’a discuté avec le légendaire quart qu’à quelques reprises au téléphone, mais il sait déjà ce qu’il rêve de soutirer de son association avec l’ancien numéro 13.
« Je veux surtout développer cette constance qui était sa grande force. On sait tous que nous pouvons connaître de mauvais matchs, mais je souhaite éliminer mes performances les moins reluisantes pour qu’elles deviennent meilleures. C’est le niveau que je veux atteindre », a souhaité Crompton qui s’est arrêté à Montréal pour quelques jours.
À la suite d’une année à l’écart des terrains de football, Calvillo (photo) entamera le chapitre d’entraîneur de sa carrière et on risque de lui confier la gestion des quarts. C’est donc Turk Schonert qui tiendra les rênes de l’attaque. Nommé coordonnateur offensif mardi, l’ancien entraîneur des receveurs pourra augmenter son influence sur le visage offensif des Alouettes.
« Je ne sais pas encore quel genre de système il préconisera, mais je sais qu’il est créatif et constant dans son approche. Il possède des connaissances offensives très poussées et nous sommes heureux d’avoir la chance de continuer de travailler avec lui », a décrit Crompton sur ce stratège énergique et enthousiaste qui occupait, en 2014, un rôle plus important que son titre officiel.
Depuis qu’il a hérité du rôle de quart partant des Alouettes, Crompton s’est bâti une enviable réputation de gagnant avec un dossier de 9-3. Entouré d’excellents receveurs, le quart de 27 ans a trouvé des manières de l’emporter. Par contre, il devrait devoir renoncer au dangereux Duron Carter – qui devrait parapher un contrat NFL - et peut-être même à S.J. Green dont le retour n’a pas annoncé.
Crompton n’est pas du type naïf, il comprend la réalité économique du sport. Si jamais il devait se passer du redoutable Green, il aura à se tourner plus souvent vers Fred Stamps, la nouvelle acquisition montréalaise qu’il a connue durant son séjour avec les Eskimos d’Edmonton.

« Je pense qu’il peut encore connaître quelques bonnes saisons. Je peux vous assurer qu’il travaillera avec acharnement », a mentionné Crompton au sujet de l’athlète de 33 ans.
« Il veut tellement gagner et il se présentera avec un goût amer dans la bouche », a spécifié Crompton en faisant référence à son désir de prouver aux Eskimos qu’ils ont eu tort de se départir de lui.
Reconnu comme un meneur, Stamps s’amènera donc en terrain connu à Montréal. En plus de connaître certains joueurs comme Crompton, son ancien entraîneur, Kavis Reed, a hérité du mandat de relever le niveau des unités spéciales des Oiseaux.
À première vue, certains amateurs pourraient croire que cet ajout ne change rien dans la vie de Crompton, mais c’est plutôt le contraire.
« On a hâte de voir comment il pourra nous aider et je sais que notre attaque va en bénéficier avec un meilleur positionnement sur le terrain », s’est-il réjoui. « Je l’ai appelé pour lui souhaiter la bienvenue du bon côté de la force et il a fait un excellent boulot quand il s’occupait des unités spéciales dans le passé. »
Rien à faire des sceptiques
Humble et passionné de nature, Crompton ne possède pas encore le répertoire le plus impressionnant sur un terrain de football. Toutefois, ses facultés lui permettent d’éviter les erreurs les plus coûteuses et il détient l’intelligence pour bien gérer les attentes du sport professionnel.
Malgré son impact plus que positif sur le rendement des Alouettes, plusieurs sceptiques persistent par rapport à son potentiel pour reconquérir la Coupe Grey.Jonathan Crompton
« Je ne me soucie pas de ces personnes, je me concentre sur les gens qui m’encadrent. Je suis à l’aise avec cette réalité du sport professionnel. Il y aura toujours des gens pour nous critiquer et, de toute façon, je suis le plus grand critique de moi-même. Je veux seulement répondre aux demandes de mon organisation », a commenté Crompton.
Avec une année d’expérience de plus derrière la cravate, le quart à la longue chevelure et l’allure détendue se retrouvera dans un contexte pour élever son jeu d’un cran. Crompton s’attardera donc à peaufiner plusieurs aspects de son jeu dont son leadership, sa mécanique et son analyse des vidéos.
« Je suis mon plus grand critique et on a besoin de ça pour grandir surtout comme quart-arrière parce que sont les plus petits détails qui font la différence à notre position », a-t-il rappelé.
Question de ne pas abuser de son corps, Crompton patientera jusqu’en février pour recommencer à lancer des ballons selon une fréquence de trois fois par semaine. Certains coéquipiers iront sans doute le rejoindre pour bonifier la chimie jusqu’au résultat espéré.
« C’est long, je suis déjà tanné d’attendre. Je pense à la saison 2015 depuis le lendemain de notre élimination. Nous sommes plusieurs à être affamés de soulever la coupe Grey après notre conclusion décevante », a conclu le gaillard de six pieds quatre pouces et 225 livres.

Une petite frayeur pour Serena

http://www.985sports.ca/divers/nouvelles/

Publié par Associated Press le jeudi 22 janvier 2015 à 00h00. Modifié par Léandre Drolet à 08h18.
Une petite frayeur pour Serena
Serena Williams./AP
MELBOURNE, Australie - Les soeurs Williams ont atteint le troisième tour des Internationaux d'Australie. Serena, la favorite, a dû sauver des balles de manche avant de gagner 10 jeux d'affilée et vaincre Vera Zvonareva 7-5, 6-0, tandis que Venus a défait l'Américaine Lauren Davis 6-2, 6-3.
Serena Williams, en quête d'un sixième titre à Melbourne et d'un 19e titre majeur en carrière, a fait face à trois balles de manche lors du neuvième jeu, jeudi, mais elle a fermé la porte à Zvonareva avant de prendre le contrôle du match.
Williams a déclaré que Zvonareva, une finaliste à deux reprises en Grand Chelem qui n'a participé qu'à cinq tournois en 2014, a amorcé le match de manière agressive.

La no 1 mondiale a toutefois réussi à faire changer le vent de direction et Zvonareva a gagné seulement huit points lors de la deuxième manche.

De son côté, Venus Williams n'a besoin que de 76 minutes pour obtenir sa place au troisième tour.

La Polonaise et sixième tête de série Agnieszka Radwanska a aussi facilement atteint le troisième tour grâce à une victoire express de 6-0, 6-1 en 44 minutes face à la Suédoise Johanna Larsson.

Radwanska a maintenant un dossier de 7-1 lors du deuxième tour à Melbourne, elle qui a atteint au moins le troisième tour du premier tournoi majeur de la saison à chaque année depuis 2010.

Dans les autres rencontres, l'Espagnole Garbine Muguruza, 24e tête de série, a eu le meilleur 6-1, 1-6, 6-0 face à Slovaque Daniela Hantuchova.

Wawrinka poursuit son parcours

Le champion en titre Stanislas Wawrinka a atteint le troisième tour à Melbourne pour une septième année de suite grâce à une victoire de 7-6 (4), 7-6 (4), 6-3 contre le Roumain qualifié Marius Copil.

Quatrième tête de série, Wawrinka n'a pas été aussi constant que lors de son match de premier tour, accumulant 39 fautes directes, dont 19 sur son revers. Il a toutefois sauvé cinq des six balles de bris qu'il a concédées et a été en mesure d'éviter la catastrophe contre Copil, classé 194e à l'échelle de l'ATP.

Le parcours de Wawrinka vers les quarts de finale semble avoir été allégé puisque tous les autres joueurs classés dans sa portion du tableau ont perdu — Fabio Fognini, Alexandr Dolgopolov et Pablo Cuevas. Il pourrait retrouver le Japonais et cinquième tête de série Kei Nishikori en quarts de finale.

Nishikori a aussi franchi un peu de plus vers cette confrontation en venant à bout du Croate Ivan Dodig 4-6, 7-5, 6-2, 7-6 (0), jeudi.

Dodig a fait suer Nishikori et il s'est même retrouvé au service pour la quatrième manche à 5-4 quand le Japonais lui a finalement arraché un bris de service pour revenir dans le set.

Nishikori a gaspillé une balle de manche au 12e jeu avant de fermer la porte à Dodig lors du bris d'égalité. Il a eu besoin de deux heures et 47 minutes pour achever Dodig, 86e au monde.

Le favori Novak Djokovic a été plus expéditif, montrant la sortie au Russe Andrey Kuznetsov après seulement une heure et 24 minutes. Djokovic l'a emporté 6-0, 6-1, 6-4.

Par ailleurs, l'Américain John Isner, 19e tête de série, a gagné 6-4, 7-6 (4), 4-6, 6-4 face au Français Nicolas Mahut. L'Espagnol Feliciano Lopez, no 12, a profité de l'abandon de l'Argentin Adrian Mannarino pour accéder au troisième tour. Mannarino avait gagné les deux premières manches 6-4, 6-4, mais Lopez avait répliqué 7-6 (3) au troisième set. Lopez était en avance 4-0 dans le quatrième set quand Mannarino a déclaré forfait.

Ciman se joint à l'Impact

http://www.985sports.ca/soccer/

Publié par Léandre Drolet pour 98,5fm Sports le jeudi 22 janvier 2015 à 08h08. Modifié à 08h14.
Ciman se joint à l'Impact
Laurent Ciman./Wikipedia
MONTRÉAL - L'Impact de Montréal a annoncé avoir conclu une entente de trois saisons avec le défenseur central et international belge Laurent Ciman.
Malgré son profil, Ciman n'aura pas le statut de joueur désigné.
Ciman, âgé de 29 ans, a évolué en première division belge durant toute sa carrière, disputant un total de 286 matchs de saison régulière, dont 269 départs, de 2004 à 2015.
«Je suis très content de joindre l’Impact de Montréal et la MLS. Ce sera une nouvelle aventure pour moi et ma famille, a déclaré Ciman. Il s’agit aussi d’une opportunité pour ma fille, afin qu’elle puisse profiter d’un accompagnement professionnel adéquat. Je tiens à remercier le président, tout le personnel du club et mon agent pour ce nouveau défi. J’ai hâte de rencontrer mes nouveaux coéquipiers et les partisans, de même que découvrir la ville. »
L’entraîneur-chef et directeur du personnel des joueurs de l’Impact, Frank Klopas, avait déjà fait savoir la semaine dernière que l’équipe ajouterait un joueur important à sa formation.
« Nous sommes très heureux que Laurent ait décidé de poursuivre sa carrière avec notre club, a mentionné Klopas. Nous étions à la recherche d’un défenseur central de qualité et expérimenté. Il sera un élément-clé de la défense de l’équipe et un leader du groupe. »
En championnat belge, Ciman a porté les couleurs du Royal Sporting de Charleroi, du Club Brugge, du KV Courtrai et du Standard de Liège.
Il a récolté 10 buts et 11 passes décisives au cours de sa carrière.
Au cours des six dernières saisons avec le Standard, il a disputé un total de 151 matchs de saison régulière, dont 149 comme titulaire.
Le défenseur est un joueur régulier de l’équipe nationale de la Belgique depuis 2010. Il disputera un dernier match avec le Standard dimanche à Liège.
L’Impact amorcera son camp d’entraînement vendredi en vue de sa quatrième saison en MLS.
L’équipe s’entraînera à Montréal durant deux semaines, avant de s’envoler pour le Mexique le 8 février, en vue du premier match de la série quart de finale de la Ligue des Champions contre le club mexicain Pachuca, le 24 février.
(Communiqué de l’Impact)