samedi, janvier 10, 2015

Marianne skie à 13 mois

http://www.journaldemontreal.com/

Trois semaines après avoir appris à marcher


MISE à JOUR 
À seulement 13 mois et trois semaines, Marianne Beaulieu a été initiée au ski alpin lors des vacances de sa famille au Mont Grand-Fonds, pendant le congé du Jour de l’an. On l’aperçoit au côté de sa maman. La petite Marianne Beaulieu, de Baie-Comeau, vient tout juste d’avoir 14 mois, mais s’initie déjà au ski alpin. Elle a fait ses premières glisses à 13 mois et trois semaines précisément. Si ce ne n’est pas un record ça, c’en est certes pas loin.
«Je me suis toujours dit que ce n’est pas plus compliqué de glisser sur des skis que de marcher», lance en riant son papa, Ian Beaulieu, véritable mordu de ski alpin, de sports en général et de raids d’aventure.
Les deux plus vieux de la famille, âgés de quatre ans et six ans, ont aussi commencé le ski alpin très jeunes, mais pas autant que la petite dernière. Vincent avait 20 mois lorsqu’il a skié pour la première fois et Élise environ deux ans.
Quand elle a chaussé des skis pour la première fois, la jolie Marianne marchait depuis à peine trois semaines. Ouf! Ç’en dit long sur la douce folie de ses parents, des parents pour le moins crinqués, il va sans dire.
Pour Ian Beaulieu et sa conjointe Judith Gagné, montrer à skier à leur progéniture dans un esprit ludique est primordial. L’amusement est essentiel, tout comme les sourires des enfants. Pour Marianne, skier demeure un jeu.
Poursuivre la tradition
Le couple Beaulieu-Gagné a initié ses deux plus vieux au ski alpin au Mont Grand-Fonds, à La Malbaie, lors des traditionnelles vacances annuelles du Jour de l’an. D’une certaine façon, c’était important pour eux de poursuivre sur cette lancée.
«Ça fait partie de notre histoire de famille de faire commencer le ski alpin aux enfants au Mont Grand- Fonds. Avec Marianne, même si elle n’avait que 13 mois, on s’est dit pourquoi pas puisqu’on avait déjà le stock, soit les petits skis et les petites bottes, même si elles étaient plus grandes pour elle», précise le papa.
Au Mont Grand-Fonds, la petite a franchi une distance d’une cinquantaine de mètres sept à huit fois par jour pendant quatre jours. «Quand on l’attrapait, elle riait», raconte Ian Beaulieu.
Ça se poursuit!
Les vacances dans Charlevoix sont terminées, mais l’apprentissage de la nouvelle skieuse se poursuivra pour le reste de l’hiver sur les pentes du centre de ski Mont Ti-Basse à Baie-Comeau.
L’étape de skier en solo sur quelques dizaines de mètres à plusieurs reprises dans le bas d’une pente étant franchie, le couple passera bientôt à l’étape du harnais avec Marianne. Ainsi, papa ou maman descendra la pente avec un harnais relié à la petite à la hauteur de ses bottes. La même procédure a été appliquée avec les deux plus vieux.
«Pour Vincent et Élise, ils ne sont pas devenus autonomes (sans harnais) dès le premier hiver, mais pas loin. Dès son deuxième hiver de ski, Vincent descendait seul toutes les pentes du Mont Ti-Basse et il n’avait pas encore trois ans», poursuit le père.
«On ne veut pas aller trop vite et brûler des étapes non plus, même si pour plusieurs, on en brûle déjà tout de même. C’est sûr que j’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui a fait du ski aussi jeune que ça», conclut Ian Beaulieu, la voix rieuse.

SKI ET PLANCHE LES TANDEMS CANADIENS ÉLIMINÉS EN PREMIÈRE RONDE

http://www.tvasports.ca/


Publié  | Mis à jour 
Les planchistes canadiens n’ont fait que passer samedi à la Coupe du monde de Bad Gastein, en Autriche, où était disputée une épreuve par équipe de slalom en parallèle. Aucune des trois formations du pays n’a franchi le cap des seizièmes de finale.
Caroline Calvé et Sébastien Beaulieu (Canada 1) ont obtenu le meilleur résultat canadien avec leur 17e place. Les deux Québécois ont été vaincus à leur premier duel par les Autrichiens Andrea Minarik et Anton Unterkofler, qui ont conclu au 16e rang.
«Caro a fait des erreurs donc je suis parti avec l'écart maximum de 2,5 secondes. J'ai donné mon 110% et je rattrapais l'Autrichien lorsque, malheureusement, j'ai chuté. Aller chercher 2,5 secondes sur 20 portes, ce n'est pas une tâche facile. Ça passe ou ça casse», a indiqué Beaulieu, pour qui il s’agissait d’une première participation à ce type d’épreuve.
«C'est vraiment super! J'adore le format. Ça donne un très bon spectacle. J'espère que nous verrons un jour cette épreuve aux Jeux olympiques», a ajouté le Sherbrookois dont le prochain départ en Coupe du monde aura lieu à Rogla, en Slovénie, à la fin janvier.
De leur côté, Ariane Lavigne et Indrik Trahan (Canada 2) ont fini 27es. Ils ont été éliminés en première ronde par les éventuels médaillés d’or, les Suisses Patrizia Kummer et Nevin Galmarini.
Enfin, l’équipe formée par Marianne Leeson et Darren Gardner (Canada 3) a aussi été vaincue à son premier départ qui l’opposait au meilleur tandem autrichien (Julia Dujmovits et Sebastian Kislinger). Leeson et Gardner ont terminé au 31e rang.

BOXE David Lemieux rompt ses liens avec GYM

http://www.ledevoir.com/sports/

9 janvier 2015 21h44 |Frédéric Daigle - La Presse canadienne | Actualités sportives
David Lemieux
Photo: Alex Goodlett Agence France-PresseDavid Lemieux
Le boxeur David Lemieux a décidé de ne pas renouveler l’entente de promotion qui le liait au Groupe Yvon Michel. La décision de GYM de se rapprocher de la chaîne câblée américaine Showtime — et par conséquent de s’éloigner de HBO — pour la présentation des combats de ses protégés est directement liée à celle du poids moyen, qui est représenté par Eye of the Tiger Management, de l’homme d’affaires Camille Estephan.

« Cette décision n’a rien à voir avec GYM, mais tout à voir avec les adversaires qu’on recherche pour David, a expliqué Estephan en entrevue avec La Presse canadienne. David est rendu à une étape où il veut affronter les meilleurs boxeurs de la division chez les poids moyens et la voie que GYM a prise n’est pas celle que l’on préconise. »

« Pour être totalement transparent, c’est qu’il y a beaucoup de politique dans la boxe aujourd’hui, surtout en ce qui a trait aux ententes avec les réseaux de télévision. Nous, les adversaires qu’on recherche ne sont pas disponibles par le biais de GYM. »

Ce qu’Estephan tente d’expliquer en ménageant tout le monde, c’est que Lemieux (33-2, 31 K.-O.) veut se mesurer à des boxeurs comme Canelo Alvarez, Miguel Cotto et Gennady Golovkin, tous sous contrat avec HBO. « C’est un facteur important, a reconnu Estephan. Pas le seul, mais il est important. »

Plusieurs offres

Un autre facteur est l’argent. Les détails financiers du pacte avec GYM ne semblaient plus faire l’affaire du boxeur de 26 ans, qui a reçu plusieurs offres depuis son combat du 6 décembre dernie, face à Gabriel Rosado, présenté à Brooklyn. Sa victoire par arrêt de l’arbitre au 10e round a fait ouvrir les yeux de plusieurs partenaires potentiels, qui ont tous communiqué avec Estephan au cours des dernières semaines.

« On a beaucoup d’offres sur la table, c’est sûr, a ajouté Estephan. Mais il n’y a pas mille adversaires possibles à ce niveau-là. On veut amener les Alvarez, Cotto et Golovkin à David, et autant que possible à Montréal. On regarde donc ce qu’on peut faire pour aller chercher ces combats-là. »

EOTTM ne ferme cependant pas la porte à une association ultérieure avec GYM. Estephan explique d’ailleurs que Lemieux a donné la chance à GYM de lui proposer un nouveau pacte avant tout autre partenaire, ajoutant que Lemieux a livré au moins un combat lors d’une soirée organisée par GYM sans avoir de contrat.

« Le contrat avec GYM est terminé depuis quelque temps, mais on a continué à travailler avec eux, a noté Estephan. Je ne veux pas entrer dans les détails, mais on a donné la chance au coureur. C’est simplement une décision pour que David profite des meilleures occasions dans sa carrière et on doit faire notre choix bientôt. »

Yvon Michel, président de GYM, n’a pas rappelé La Presse canadienne. Sur son compte Twitter, il a indiqué : « Désolé si je ne réponds pas a vos appels dans le dossier de David Lemieux. Nous sommes à analyser la situation et évaluer nos options. Heureux de savoir qu’après ses 35 combats avec nous il est maintenant prêt ! »

Lemieux a remporté ses huit derniers combats, dont sept avant la limite. Son prochain combat n’a pas encore été annoncé. Entre-temps, le Montréalais devra se présenter en cour le 10 avril prochain pour répondre à des accusations de voies de fait et de méfait dans une affaire de violence conjugale.