mercredi, avril 01, 2015

Georges St-Pierre toujours indécis sur son avenir en UFC

http://www.journaldemontreal.com/

St-Pierre affirme que la relation avec White et l'UFC est au beau fixe.
PHOTO LE JOURNAL DE QUÉBEC, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS
St-Pierre affirme que la relation avec White et l'UFC est au beau fixe.
Stéphane Cadorette
Le président de l'UFC, Dana White, a semé un certain émoi au cours des derniers jours en affirmant qu'il ne croyait pas que Georges St-Pierre remonterait un jour dans l'octogone. De passage à Québec, le mythique combattant n'a pas entériné les propos de son ancien patron.
«Il dit que c’est sûr que je ne reviens pas, c’est son opinion. Je m’entraîne, je me garde en forme. J’ai des marques dans la figure parce que ma peau marque facilement et que je m’entraîne fort», a-t-il lancé, sourire en coin.
«Ça ne veut pas dire que je reviens, ça ne veut pas dire que je ne reviens pas. Je suis en réflexion», a réitéré celui qui annonçait une nouvelle association avec la compagnie de suppléments alimentaires XPN.
Quelle politique anti-dopage?
St-Pierre affirme que la relation avec White et l'UFC est au beau fixe. « Dana fait toujours ce qui va le favoriser du côté de la business. Je n’ai jamais été fâché contre lui, au contraire. Il a raison de dire que pour revenir, il faut que tu aies faim», a-t-il concédé.
Cet appétit, nul doute qu'il pourrait redevenir vorace à la minute où l'athlète de 33 ans sera convaincu que la promesse d'une politique anti-dopage plus stricte que laisse miroiter l'organisation n'est pas qu'un mirage.
«Jusqu’ici, ce sont des belles paroles, mais il n’y a rien de fait. Tant et aussi longtemps qu’ils ne feront rien, c’est sûr et certain que je ne reviens pas.
«Il faut que des choses se produisent pour retrouver la faim. Il faut qu’il y ait un appât pour attirer le poisson, pas juste un hameçon», a rappelé l'ancien champion mondial des mi-moyens, titre qu'il a remporté à deux reprises et défendu neuf fois de suite avant de prendre du recul depuis novembre 2013.
Derrière Rory MacDonald
De retour d'un voyage en Argentine, St-Pierre dit se sentir à son mieux, maintenant que «plus personne n'essaie de me descendre». Il admet toutefois que la compétition lui manque. En ce sens, son plus grand désir est d'amener son partenaire d'entraînement, Rory MacDonald, au sommet.
«Ça commence à piquer de plus en plus, mais ce qui me ferait le plus plaisir, ce serait de voir Rory prendre le titre. Je me sentirais comme si j’accomplis quelque chose de nouveau. Mon devoir est de l’aider à monter.
«Pour le moment, je suis bien où je suis. Si j’avais à finir, j’ai fini au top. Je n’ai plus besoin de travailler jusqu’à la fin de mes jours si je ne fais pas le fou. Si un jour je veux revenir, je vais cliquer des doigts et ce ne sera pas difficile de me remettre en forme de combattant.»