vendredi, avril 03, 2015

Anna gardera sa place

http://www.journaldemontreal.com/

Anna Reva
PHOTO LE JOURNAL DE QUÉBEC, STEVENS LEBLANC
Même si son protégé est passé dans le clan d’Al Haymon, Anna Reva est demeurée la gérante d’Artur Beterbiev.
Réjean Tremblay
QUÉBEC | Ça brassé fort. Artur Beterbiev avait rapidement compris que la grosse argent se trouvait dans les coffres d’Al Haymon. D’ici à quelques mois, il y aura en Amérique deux catégories de boxeurs. Ceux qui sont liés à Al Haymon et ceux qui veulent être liés à lui.
C’était évident, hier à Québec. Les deux finalistes et les deux demi-finalistes étaient tous des clients d’Al Haymon. Autrement dit, leur gérant, Al Haymon, négociait avec Al Haymon le producteur à la télévision, le même qui payait le promoteur Yvon Michel pour organiser le combat.
Ça brassé fort. D’un côté, Artur Beterbiev et son entourage, surtout tchétchène, voulaient passer dans le clan de Haymon. De l’autre, Anna Reva, la magnifique Kazakh qui est sa gérante et celle qui l’a fait venir en Amérique et au groupe Yvon Michel, tenait à rester celle qui jouerait le premier rôle dans les décisions de Beterbiev.
Les négociations ont été difficiles : «Je suis comme une mère pour Artur. Je l’aime comme mon fils. En plus, j’ai investi 100 000 $ par année et un appartement fourni depuis son arrivée au Québec. J’avais confiance en lui. Je comprenais l’intérêt pour Al Haymon, mais je voulais rester sa gérante. Il y a des points qu’Artur ne semblait pas saisir, mais quand on a fini par se comprendre, les choses se sont tassées», m’expliquait Mme Reva lors de la conférence de presse de mercredi.
Conseiller spécial
Le résultat final est un contrat de trois ans assorti d’une option de deux autres années selon les progrès de Beterbiev, avec Al Haymon. Cette fois, Haymon ne sera pas le gérant d’Artur, mais un conseiller spécial. De plus, Haymon ne touchera pas de pourcentage sur les bourses de Beterbiev avant qu’elles n’atteignent le million de dollars : «Et encore là, l’argent ne sortira pas entièrement des poches d’Artur. C’est prévu dans les contrats», d’expliquer Mme Reva.
Ce million arrivera vite si Beterbiev bat Gabriel Campillo, demain après-midi. Une grosse commande puisque Campillo est considéré comme un des trois ou quatre meilleurs dans la catégorie des mi-lourds.
Après, ça va débouler vite et tôt en 2016, Beterbiev pourrait avoir sa chance pour un titre des mi-lourds.
Par ailleurs, même si Yvon Michel a annoncé la signature de ce contrat, Al Haymon n’a pas pas encore paraphé le document. Il l’aura en sa possession dimanche ou lundi. Mais ce n’est qu’une question de jours. On a une entente.
Un manque d’expérience
Yvon Michel a négocié la majeure partie du contrat. Il était un homme satisfait hier en fin de journée : «Une partie des difficultés vient du manque d’expérience d’Anna Reva. Les choses changent rapidement dans la boxe. Mais une fois qu’elle a compris qu’elle resterait la gérante d’Artur, elle a fait ce qu’il fallait pour que la situation soit bien saisie par son boxeur. Les deux sont heureux du résultat», de dire Michel.
Mais où donc Al Haymon tire-t-il son profit d’une entente qui ne lui rapporte rien avant qu’Artur ne touche un million ?
La réponse, c’est la télévision. En devenant le conseiller spécial de Beterbiev, il prend de facto le contrôle de son agenda. Or, avec 80 soirées de boxe sur cinq ou six réseaux au cours de la prochaine année, Haymon a besoin de boxeurs spectaculaires et de grand calibre. Beterbiev répond à cette description.
D’ailleurs, vous voulez un scoop ? Artur Beterbiev a un combat qui l’attend le 29 mai. L’adversaire, la ville et le réseau de télé n’ont pas encore été choisis.
Le Ramadan...
Mais tout n’est pas gagné pour Artur. Il reste un Tchétchène qui ne parle ni anglais ni français, il reste un musulman très religieux qui vit dans un cercle fermé de proches et en plus, il n’est disponible qu’une dizaine de mois par année à cause du ramadan. Cette année, le ramadan commence le 18 juin et dure jusqu’au 17 juillet. Ça veut dire qu’Artur ne mange ni ne boit d’eau du lever du soleil jusqu’à son coucher.
Et le 21 juin est la journée la plus longue de l’année. Autrement dit, l’entraînement ne peut être intensif et Beterbiev sort de son mois affaibli et fatigué. Marc Ramsay estime que son boxeur a besoin de plusieurs semaines pour retrouver son rythme normal après le ramadan.
Autrement dit, c’est par la force de ses poings et par son dynamisme dans le ring qu’Artur pourra conquérir les États-Unis comme il l’a fait pour le Québec.
 

Adam Green : à la Régie de s’en mêler

Le promoteur Michel Croteau organise un premier gala de boxe le 22 mai à Saint-Jean-sur-Richelieu. Jusque-là, tout est beau.
Mais un des combats opposera Adam Green à Francesco Cotroni, le petit fils de Frank Cotroni. Ce dernier se débrouille très bien dans un ring.
Le problème, c’est Adam Green. Il ne s’est pas battu depuis 2007. De plus, plusieurs amateurs de boxe qui l’ont rencontré dernièrement s’inquiètent de sa santé. Je pense que Michel Hamelin aurait intérêt à exiger un examen médical plus poussé qu’une infirmière prenant la température et la pression de Green.
La journée de l’autisme
Adonis Stevenson a repris un gazouillis de Lennox Lewis, l’ancien champion des poids lourds. Il soulignait qu’hier était la journée mondiale de l’autisme.
Ce n’est pas pour rien qu’Adonis a retweeté l’info. Le fils de Ted Paris, son garde-du-corps rapproché, un athlète magnifique, est atteint d’une forme d’autisme. Il a onze ans et la vie n’est pas toujours facile tant pour lui que pour son père.
Le cœur à la bonne place, c’est tout ça...