lundi, mars 09, 2015

Succès financier assuré

http://www.journaldemontreal.com/

Le succès financier du combat de championnat de samedi au Centre Bell entre Jean Pascal et Sergey Kovalev est déjà assuré, même si Pascal n’a pas 
encore dit son premier mot.
PHOTO D’ARCHIVES
Le succès financier du combat de championnat de samedi au Centre Bell entre Jean Pascal et Sergey Kovalev est déjà assuré, même si Pascal n’a pas encore dit son premier mot.
Ç’a été plus compliqué que prévu, mais Sergey Kovalev et Jean Pascal sont enfin en ville. Jean Bédard peut dormir tranquille.
Kovalev est arrivé samedi et il a été très réservé dans ses propos. Pour Jean Pascal, ç’a été une vraie aventure.
Il a dû changer ses plans de vol, se tapant un vol de nuit de Los Angeles à Boston dans la nuit de samedi à dimanche. Puis, il a pris un vol Boston-Plattsburgh, où des amis l’attendaient. Et c’est finalement par le poste frontalier de Lacolle qu’il est revenu à Montréal.
Pourquoi cet itinéraire compliqué? «Je me suis sans doute fait voler mon passeport et ma montre Hublot à Las Vegas. Je ne peux accuser personne, mais c’est certainement arrivé à l’hôtel. Je ne sors jamais mon passeport de ma chambre quand je suis en voyage. Mais ce n’est pas grave, je suis arrivé à 11 h, je vais prendre une bonne nuit de repos et on va relancer la machine demain (lundi)», m’a expliqué Pascal quand je l’ai joint hier après-midi.
Il faudrait vérifier, peut-être, si la femme de chambre à Vegas était russe...
UN PROMOTEUR SATISFAIT
L’arrivée de Jean Pascal a balayé la dernière inquiétude de Jean Bédard, le président d’Interbox. Il racontait hier qu’un promoteur se sent toujours mieux quand les deux finalistes sont en ville: «Je sais que c’était compliqué pour Jean de faire remplacer son passeport à Bear Lake, mais il s’est bien débrouillé», de dire Bédard.
C’est à un promoteur déjà satisfait que j’ai parlé hier. Avec la présence du réseau HBO à Montréal samedi, son gala du 14 mars devient un gala sans risque. C’est la télévision américaine qui va payer les millions versés aux principaux boxeurs. La vente des billets va permettre de payer le reste de la carte et des frais de promotion. Comme le buzz a été fort dès le début, le succès financier de l’entreprise est déjà assuré.
De plus, Sergey Kovalev apporte trois titres mondiaux sur la table. Ceux de la WBA, de l’IBF et de la WBO. C’est Adonis Stevenson qui détient la ceinture de la WBC et lui se battra le 4 avril à Québec. Ces trois titres et la présence de deux personnalités aussi fortes que celles de Kovalev et de Jean Pascal ont été suffisants pour attirer une forte clientèle américaine. Ainsi que de nombreux journalistes de l’extérieur. Même le réputé Dan Rafael fait le voyage.
BERNARD HOPKINS... ANALYSTE À HBO
On aura également droit à une visite inattendue. Le beau Bernard Hopkins, qui a fait la cour à tous les journalistes montréalais à Las Vegas en janvier dernier lors de la défaite de Bermane Stiverne, sera l’analyste des combats à HBO.
C’est habituellement Roy Jones jr qui fait ce travail pour HBO, mais comme Jones sera dans le coin de Jean Pascal, on a demandé à Hopkins de le remplacer. Ceux qui ont eu l’occasion de discuter avec B-Hop alors qu’il n’était pas impliqué dans un combat savent qu’il est articulé, souvent drôle et qu’il a 101 ans d’expérience dans la boxe professionnelle. Lui aussi va apporter une valeur ajoutée à ce combat très attendu: «C’est certain qu’on ne vit pas la même fébrilité et une vente de billets aussi intense que lors du match opposant Jean Pascal à Lucian Bute, mais après un ralentissement normal, la prévente à la billetterie a repris un rythme intéressant, a souligné Jean Bédard hier.
Et Jean Pascal n’a pas encore dit son premier mot...
DANS LE CALEPIN
Hal Haymon a présenté son premier gala au réseau NBC samedi soir. Les ténors du réseau, Al Michaels et compagnie, étaient tous en poste pour donner une plus grande crédibilité à l’expérience. C’était la première fois en 30 ans qu’un grand réseau américain présentait une soirée de boxe. Et on l’a répété bien plus souvent qu’on a pu le dire lors du premier match du Canadien à TVA Sports. Le bilan de la soirée est plutôt bon. Mais l’absence d’un annonceur maison n’est pas un plus. Et un combat de boxe sans de jolies filles pour présenter le chiffre des rounds rompt avec une vieille tradition. Mais à l’ère de l’électronique...
On devrait connaître aujourd’hui les cotes d’écoute de la soirée de samedi chez les Amerloques.

BATTRE LES COYOTES, BRAVO !

Michel Therrien s’est dit satisfait du dernier voyage du Canadien à l’étranger. Ou bien il est un petit peu menteur, ou bien il se contente de bien peu. La seule victoire de l’équipe a été arrachée contre les Coyotes de Phoenix, une des minables équipes de la Ligue nationale. Lors des matchs à San Jose et à Anaheim, le Canadien a été lessivé. Ç’a été un peu mieux dans la deuxième moitié du match à Los Angeles.
Pourtant, Michel Therrien a été plus que correct avec ses joueurs. L’horaire en Californie n’était pas trop astreignant. Les gars ont eu amplement le temps d’oublier l’abominable semaine de froid que les fans ont endurée à Montréal et au Québec. Dommage qu’ils aient traîné soleil et sable dans leur équipement jusqu’à la patinoire.
Et puis, trouvez-vous que vos Chouchous (CH...) sont impressionnants en attaque? Vous pensez qu’ils sont prêts à entreprendre les séries éliminatoires? Comment ont-ils réussi à remporter un petit match contre une équipe de fond de classement? Avec un beau petit but et un blanchissage de Carey Price.
Carey Price, évidemment...