MONTRÉAL - Ce n’est pas que Jean Pascal n’a pas essayé, mais Sergey Kovalev était trop fort.
Le champion unifié WBA, IBF et WBO des poids mi-lourds a conservé ses ceintures en battant le Québécois par arrêt de l’arbitre à 1:03 du huitième round, samedi soir au Centre Bell.
Kovalev (27-0-1, 24 K.-O.) est passé bien près de passer le knock-out à Pascal (29-3-1) au quatrième après l’avoir envoyé au tapis - une première dans la carrière du Lavallois - au round précédent, mais l’ex-champion du WBC a résisté et a même remporté les deux rounds suivants.
Mais le Russe a repris le dessus au septième avant d’ébranler le Québécois au début du huitième. Kovalev s’est ensuite retrouvé sur le canevas après avoir glissé, sauf qu’il a rapidement repris là où il avait laissé, alors que Pascal semblait encore dans les limbes.
« Ça n’a pas été un combat facile. Ç’a été éprouvant physiquement et mentalement, a reconnu Kovalev à la suite de son triomphe. Pascal possède un style complètement fou! Mais il ne m’a pas fait mal et je peux dire aujourd’hui que c’est principalement un grand parleur. Il m’a peut-être touché à quelques reprises, mais je n’ai pas été ébranlé à aucun moment, aucun. »
« Je lui ai donné une petite chance en le laissant aller aux cinquième et sixième rounds, car je n’étais pas pressé de mettre fin au combat. J’ai pris mon temps. J’étais prêt pour 12 rounds. »
« Ce n’est évidemment pas le résultat souhaité et l’arbitre a arrêté le combat beaucoup trop tôt, a quant à lui déclaré Pascal. Lorsque je me suis retrouvé dans le coin au huitième, je regardais les coups venir et je m’apprêtais à contre-attaquer comme je l’ai toujours fait en carrière. »
« Mais c’est ça le sport et je dois accepter la décision de l’arbitre. Je suis vraiment déçu, mais ce n’est pas la fin du monde. J’ai subi trois défaites honorables depuis le début de ma carrière et j’ai l’intention de revenir encore plus fort après être retourné à la table à dessin. »
Avec cette victoire, Kovalev devient aspirant obligatoire au champion du WBC Adonis Stevenson, mais devra aussi défendre sa ceinture contre le premier aspirant de l’IBF Nadjib Mohammedi. Le champion unifié a clairement manifesté le désir de se rabattre au Canada, et sa promotrice Kathy Duva a indiqué que les amateurs d’ici pourraient le revoir très bientôt à l’œuvre.
« Kovalev n’a rien d’exceptionnel »
Sans surprise, Kovalev s’est porté à l’attaque dès les premiers instants du combat en lançant de nombreux jabs au corps de Pascal. Le Russe s’est également imposé physiquement en écrasant son adversaire deux fois plutôt qu’une contre les câbles avec l’objectif précis de l’épuiser.
« Je savais que je devais le respecter et c’est l’adversaire le plus compliqué que j’ai affronté avec Carl Froch, a avoué Pascal. Il possède un bon jab et maîtrise bien la notion de distance, mais il n’a rien d’exceptionnel. Sa défense n’a rien de particulier et il me restait énormément d’énergie au moment de l’arrêt du combat. J’aurais dû commencer à prendre mon rythme plus tôt. »
« Dès le premier round, je sentais que ça cognait dur des deux côtés, a ajouté l’entraîneur de Pascal, Marc Ramsay. C’est extrêmement difficile de maintenir la ligne directrice de la stratégie à ce moment-là. Mais nous savions que nous avions un important défi à relever. Nous aurions pu nous contenter d’essayer de bien paraître, mais nous avons choisi de prendre des risques. »
Kovalev a commencé à placer sa grosse droite à compter du deuxième, effectuant illico des dommages au visage de Pascal. Le champion a ensuite ébranlé quelques fois l’aspirant pendant le troisième, ce dernier recevant ultimement un compte après être tombé dans les câbles.
Alors qu’il semblait prêt à se faire passer le knock-out, Pascal est parvenu à survivre à la tempête lors du quatrième, puis a connu ses meilleurs moments au cinquième grâce à ses frappes préparées par ses jabs. Le favori de la foule a continué sur sa lancée au sixième, mais a néanmoins perdu énormément d’énergie en tentant de renverser la vapeur.
Pascal et son équipe laisseront la poussière retomber au cours des prochaines semaines, mais le boxeur souhaite obtenir un combat revanche le plus rapidement possible. Si Kovalev ne souhaite pas l’affronter, il espère obtenir la chance de relever un autre important défi.
Description round par round :
Round 1 : Kovalev contrôle le centre du ring en début d'engagement. Le Russe commence en lançant des jabs des deux mains. Pendant ce temps, Pascal se déplace, mais lance peu de coups. Les deux boxeurs s'agrippent à quelques reprises et l'arbitre intervient pour les séparer. Carte du RDS.ca : 10-9 Kovalev
Round 2 : Les deux boxeurs sont plus statiques en début de round. Pascal est le plus agressif des deux en atteignant la cible lors de la première minute avec une bonne gauche. Mais Kovalev revient à sa stratégie en lançant de solides jabs. Le Russe touche Pascal avec un coup en puissance et le Québécois recule sous l'impact. Mais il demeure solide sur ses jambes. Pascal est averti pour un coup en bas de la ceinture avec environ 45 secondes à faire à l'engagement. Carte du RDS.ca : Kovalev 20-18
Round 3 : Pascal tente un coup en puissance, mais Kovalev le bloque. Kovalev est avantagé en raison de son puissant jab. Mais Pascal tente de réduire la distance et place de bons coups à mi-chemin du round. Le Russe réplique à sa façon et Pascal doit s'accrocher à son adversaire. En fin de round, Pascal touche la cible, mais Kovalev l'envoie au plancher dans les dernières secondes. Carte du RDS.ca : Kovalev 30-26
Round 4 : Kovalev lance une pluie de coups et Pascal reste statique dans un coin du ring. Pascal semble quelque peu ébranlé. Le rythme ralenti après la première minute. Pascal place un bon coup, mais ne peut enchaîner. Avec une minute à faire, Pascal place une bonne droite, mais Kovalev encaisse sans broncher. Carte du RDS.ca : Kovalev 40-35
Round 5 : Début de round très lent. Les deux boxeurs sont au centre du ring et ne s'attaquent pas. Kovalev continue à lancer des jabs que Pascal ne peut contrer. Le Québécois connaît ses meilleurs moments au round 5 en touchant la cible à plusieurs reprises. Pour la première fois, Kovalev semble quelque peu ébranlé. Pascal remporte son premier round du combat. Carte du RDS.ca : Kovalev 49-45
Round 6 : Le champion revient avec son jab de la gauche, mais Pascal contre-attaque avec un direct de la droite. Il tente de revenir avec cette stratégie, mais Kovalev le voit venir. Le Russe est plus prudent avec son jab, mais réussit à trouver les ouvertures quand même. Pascal termine le round en force. Carte du RDS.ca : Kovalev 58-55
Round 7 : Kovalev bouge beaucoup et contrôle bien ses distances. Kovalev reste avec le jab et ne cherche pas les coups en puissance. Pascal place quelques coups solitaires, mais est plus en attente des attaques du Russe. Pascal est moins précis au cours de cet engagement et il en paie le prix en fin de round. Carte du RDS.ca : Kovalev 68-64
Round 8 : Kovalev dicte le rythme et envoie Pascal dans les câbles. Pascal le repousse et Kovalev chute accidentellement. À la reprise, Kovalev atteint Pascal et ce dernier est ébranlé. L'arbitre arrête le combat à 1:03.
Les résultats de la soirée :
Sergey Kovalev (27-0-1, 24 K.-O.) bat Jean Pascal (29-3-1, 17 K.-O.) par arrêt de l'arbitre au 8e round - combat d'unification des mi-lourds WBA, IBF et WBO - 12 rounds
Vyacheslav Glazkov (20-0-1, 12 K.-O.) bat Steve Cunningham (28-7, 13 K.-O.) par décision unanime (116-112, 115-113 et 116-112) - combat de championnat des lourds de l’USBA - 12 rounds
Isaac Chilemba (24-2-2, 10 K.-O.) bat Vasily Lepikhin (17-1, 9 K.-O.) par décision unanime (99-91, 99-91, 100-90) - combat de championnat des mi-lourds de la NABF - 12 rounds
David Théroux (6-0, 4 K.-O.) bat Lukasz Janik (13-10-1, 7 K.-O.) par K.-O. technique à 2:31 du 3e round - super-légers - 4 rounds
Dierry Jean (28-1, 20 K.-O.) bat Carlos Manuel Reyes (25-4-1, 17 K.-O.) par K.-O. à 2:48 du 3e round - légers - 10 rounds
Nadjib Mohammedi (37-3, 23 K.-O.) bat Lee Campbell (8-2, 4 K.-O.) par arrêt de l'arbitre au 6e round - mi-lourds - 10 rounds
Dmitry Mikhaylenko (19-0, 8 K.-O.) bat Felipe De la Paz Teniente (15-4-2, 6 K.-O.) après l'abandon de ce dernier à la suite du 5e round - mi-moyens - 10 rounds